Presentation

  • : L'Amicale des Gadiris et du Souss
  • : L'association dite l’Amicale des Gadiris et du Souss fondée le 13 juin 2010, à Gradignan, a pour but de s’entraider, de se réunir entre amis, d’organiser des repas et sorties, d’éditer un bulletin.
  • Contact
23 juin 2022 4 23 /06 /juin /2022 13:55
Culture : Le Cinéma Sahara d’Agadir retrouve son lustre d’antan

par Malika Alami – lavieeco.com –

 

L’ÉDIFICE COMPLÈTEMENT RÉHABILITÉ ET TRANSFORMÉ A ÉTÉ INAUGURÉ HIER.

            LE PARC IBN ZAYDOUN, NOUVEAU POUMON VERT DE LA VILLE, UN CHANTIER ÉGALEMENT ACHEVÉ.

La ville d’Agadir continue à se transformer et les chantiers du Plan de développement urbain se concrétisent. Le cinéma Sahara situé dans le quartier Talborjt est un exemple de projet parmi d’autres abouti après 18 mois de travaux. Le président de la Commune urbaine, Aziz Akhannouch a inauguré hier soir, l’établissement qui a retrouvé son luxe d’antan et bien plus.

Le bel édifice fait partie du patrimoine des premières étapes de la reconstruction d’Agadir après le tremblement de terre de la cité en 1960. Il constitue ainsi dans la station balnéaire un édifice auquel les gadiris de souche tiennent beaucoup. Et ce, même si la salle de cinéma, une des plus anciennes et parmi les dernières de la ville, avait fermé ses portes pendant des années. Aussi la réhabilitation du bâtiment réjoui les citoyens de la station balnéaire.

L’inauguration de l’édifice en grande pompe a été l’occasion pour Aziz Akhannouch d’annoncer de belles perspectives culturelles pour la ville. Il s’agit notamment de la prochaine réhabilitation du cinéma Salam, autre édifice emblématique d’Agadir qui a survécu au tremblement de terre. Le propriétaire du bâtiment ayant fait don aujourd’hui du monument à la Commune. L’autre belle nouvelle annoncée par le président de la collectivité territoriale, c’est le retour du festival Timitar cet été à Agadir pour une courte édition prévue le 15 et 16 juillet.

En attendant, le projet culturel Talborjt Week-end, dans sa première édition, anime la ville durant cette fin de semaine et se veut un laboratoire artistique urbain avec son festival scènes de rue. L’événement va permettre aussi de redonner vie à l’activité commerciale du quartier.

Dans le Talborjt, le projet de Parc Ibn Zaydoun est aussi un chantier achevé. Elus et autorités locales ont inauguré également hier le bel écrin de verdure qui s’étale jusqu’aux artères de la ville nouvelle. Pour rappel, ce projet porté par la SDL Agadir Souss Massa, en tant que maître d’ouvrage, a nécessité un délai d’exécution de 24 mois et une enveloppe de 25 millions de DH.

L’achèvement de ces deux projets laisse entrevoir ce que sera Agadir à moyen terme et encourage les gadiris à prendre leur mal en patience face aux contraintes engendrées par les travaux dans la cité. Un passage obligé pour faire d’Agadir une belle métropole et la capitale du grand Sud du Royaume.

Partager cet article
Repost0
9 juin 2022 4 09 /06 /juin /2022 14:28
Première expérience mondiale réussie de transplantation d’arganiers adultes

25/05/2022

 

 

LafargeHolcim Maroc, l’ANDZOA, et l’AgroTech Souss Massa ont initié en 2019 un projet de recherche pour développer la technique la mieux adaptée à la transplantation d’arganiers adultes au sein de la cimenterie Agadir-Souss de LafargeHolcim Maroc. 

Cette expérience vise à concilier la préservation de cette ressource endémique du Maroc et le développement économique de la Réserve de Biosphère Arganeraie. Les arganiers existants dans des zones destinées à des activités économiques dans l’Arganeraie ont été déplacés vers des sites de plantation où les arbres pourront être sauvegardés et continuer à se développer. 

 

Un taux de réussite de 70%

Cette première expérience mondiale de transplantation d’arganiers adultes a été menée dans le cadre d’un projet de recherche, sur 3 périodes distinctes pendant 2 ans (hiver, printemps et été) et en testant 2 techniques de prétraitement (arrosage et cernage).

Cela a permis une maîtrise des techniques possibles et des conditions de réussite. Les résultats préliminaires montrent un taux de réussite de 70%.

A l’issue de cette recherche, un guide sur les bonnes pratiques de transplantation de l’arganier adulte sera publié et les résultats du projet de recherche seront partagés aux niveaux national et international. 

Pour présenter le projet de recherche et discuter des premiers résultats générés, une table ronde sur la transplantation d’arganiers adultes a été organisée en marge de la 6ème édition du Congrès International de l’Arganier.

Cette première expérience réussie a été accueillie avec enthousiasme. Elle devrait permettre de dupliquer cette démarche aux futurs projets de développement économique au sein de l’Arganeraie et de contribuer ainsi à la protection de ce patrimoine mondial.  

Partager cet article
Repost0
3 mai 2022 2 03 /05 /mai /2022 12:02
Travaux de construction du Grand Théâtre d’Agadir : Les adjudicataires connus

Mohamed Laabid – aujourdhui.ma – 29/04/2022

 

Le groupement Urbagec, Polysol et Separator a été retenu suite à l’appel d’offres lancé par Al Omrane Souss-Massa en tant que maître d’ouvrage pour la réalisation des travaux de construction du Grand Théâtre d’Agadir pour un montant total de 62 millions DH.

Le projet du Grand Théâtre d’Agadir s’inscrit dans le cadre de la politique d’encouragement et de développement des infrastructures culturelles à travers le pays et plus particulièrement dans la ville d’Agadir. Il reflète la volonté de doter la ville d’un théâtre qui permettra de hisser cette dernière au rang des grandes métropoles du Royaume.

 Le Grand Théâtre d’Agadir, en s’ajoutant aux autres projets culturels prévus dans le cadre du Programme de développement urbain (PDU) d’Agadir pour la période 2020-2024, enrichira le patrimoine culturel de la ville. Le projet se situe sur le Boulevard Mohammed V, voie structurante et interurbaine.

Il constitue l’aboutissement d’une série d’équipements culturels et espaces récréatifs composant le grand projet d’aménagement du Parc Inbiaat (d’une superficie de 25 ha.) Contigu au théâtre de verdure, ancien théâtre de plein air, il formera avec ce dernier un noyau culturel qui invite à la découverte de l’univers théâtral.

 Noter que la Société de développement régional du tourisme Souss-Massa (SDR) a déjà lancé un appel d’offres pour la réalisation de la stratégie d’exploitation et de gestion de cette nouvelle infrastructure culturelle.

Celle-ci a pour objectif d’identifier l’entité de gestion du Grand Théâtre, après avoir préalablement établi le modèle de gestion et d’exploitation de l’équipement et élaborer le business plan de l’entité de gestion et sécuriser les budgets d’exploitation.

De même, il est prévu d’anticiper la programmation de la saison artistique et mettre en place des partenariats stratégiques avec de grands théâtres au Maroc et opérateurs culturels locaux, nationaux et internationaux dans les domaines de la coopération artistique, la formation.

Cette phase du projet consiste également à l’intégrer dans son environnement en créant des partenariats avec les autres complexes culturels locaux et marocains et en lançant des actions de coopération avec les associations, les partenaires de l’éducation, les acteurs culturels et les institutionnels. Cette étude prendra 7 mois en plus du délai d’accompagnement du futur gestionnaire du Grand Théâtre d’Agadir. Celui-ci sera choisi après le lancement prévu d’un appel à manifestation d’intérêt.

 «L’ensemble des intervenants attache une très grande importance à ce que la préparation à l’exploitation du Grand Théâtre d’Agadir se fasse parallèlement à la construction physique de l’ouvrage, de manière qu’au moment de l’ouverture du Théâtre, l’équipe de gestion soit en place et formée, l’agenda artistique de la saison d’ouverture soit programmé et que les budgets d’exploitation soient sécurisés» souligne la SDR.

​​​​​​

Partager cet article
Repost0
8 avril 2022 5 08 /04 /avril /2022 05:32
Les Français du Maroc parés pour le vote présidentiel

Mohamed Jaouad El Kanabi – fr.hespress.ma – 06/04/2022

 

Les Français établis au Maroc et enregistrés sur le registre auprès de leur Consulat sont appelés à élire leur prochain président de la République les 10 (1er tour) et 24 avril (2e tour).

Neuf villes seront mises à disposition pour accueillir le scrutin présidentiel dans le Royaume.

En effet, les villes de Rabat, Tanger Casablanca (12 bureaux), Marrakech (5 bureaux), Essaouira, Agadir, Fès et Oujda figurent dans la liste qui accueilleront des bureaux de vote ouverts pour l’élection du Président de la République et sont mobilisées à travers leurs consulats et représentations pour accueillir les électeurs désirant exercer leur droit de vote entre 8 heures et 19 heures pour les premier (10/04/2022) et second (24/04/2022) tours.

Pour la région de Marrakech, un bureau de vote est prévu au Consulat général de France de la ville ocre pour les électeurs résidant dans les secteurs de Zagora, Youssoufia, Tinghir, Safi, Ouarzazate, Kelaât Sraghna, Chichaoua, Benguerir.

Trois bureaux de vote seront disponibles à l’Institut Français de Marrakech, pour les électeurs résidant à Marrakech et dans son agglomération. Enfin, un bureau de vote sera disponible à l’École Française Éric Tabarly à Essaouira, pour les électeurs résidant dans le secteur d’Essaouira. Dans la capitale économique, Casablanca, 12 bureaux de vote serviront au scrutin pour la circonscription consulaire de Casablanca au lycée Lyautey. Pour ce faire et pouvoir voter il faudra à l’électeur penser à se munir d’un document d’identité de nationalité française.

Pour réussir ce scrutin, toute la « machine » diplomatique française au Maroc est, en plus d’être aux petits soins pour ses administrés, mobilisée. Depuis l’Ambassade de France jusqu’aux représentations consulaires de Tanger, Rabat, Casablanca, Marrakech et Agadir… tous sont parés pour organiser au mieux les deux tours de ce scrutin présidentiel qui se présente sous une toile de fond festive si l’on s’en tient à l’ambiance.

Cela étant, les électeurs français devront recevoir soit par courriel ou voie postale une lettre de convocation leur indiquant les coordonnées précises de leur bureau de vote. Il est tout de même recommandé de vérifier si l’on est bien inscrit sur la liste électorale consulaire.

Il faudra penser également au protocole sanitaire que les services consulaires pourraient mettre en place pour assurer la protection des électeurs et des membres des bureaux de vote, malgré que la crise se soit sérieusement atténuée dans le Royaume. “Nice to know“ il reviendra à la guise du président du bureau de vote de refuser l’accès bureau de vote à tout électeur ne se conformant pas aux mesures -si appliquées -, dans le cadre de l’exercice de ses prérogatives de police prévues par l’article R49 du code électoral français.

Voilà, ce que les autorités consulaires françaises recommandent à propos : un point d’eau pour se laver les mains avec du savon à proximité ou, à défaut, du gel hydroalcoolique seront à disposition ; les bureaux de vote et les isoloirs seront régulièrement désinfectés ; chaque étape du parcours au sein du bureau, une distance de sécurité de 2 mètres entre chaque personne devra être respectée ; les ‘gestes barrières’ seront affichés et devront être respectés ; le port du masque est obligatoire.

Le masque pourra être retiré sur demande d’un membre du bureau de vote pour la stricte nécessité du contrôle de l’identité de l’électeur. Cette obligation ne s’applique pas aux personnes en situation de handicap munies d’un certificat médical justifiant de cette dérogation ; et surtout, il est recommandé d’apporter son propre stylo d’encre bleue ou noire indélébile.

 Enfin, le vote par procuration, dès lors que les modalités nécessaires aient été accomplies, est tout à fait valable.

Partager cet article
Repost0
19 mars 2022 6 19 /03 /mars /2022 17:41
La Russie a fait de l’aéroport d’Agadir un hub pour rapatrier ses ressortissants depuis les Caraïbes

par Caterina Lalovnovka – maghreb-intelligence.com – 15/03/2022

 

C’est le journaliste français spécialisé dans l’aéronautique qui l’affirme. La Russie a choisi, au lendemain de la fermeture par la majorité des pays européens de leurs espaces aériens aux compagnies de transport russes, de faire de l’aéroport d’Agadir un hub afin de rapatrier des milliers de touristes russes bloqués dans les îles des Caraïbes.

C’est la compagnie charter russe Azur Air qui a été chargée par les autorités russes de faire rentrer au pays des milliers de touristes russes qui séjournaient dans les Caraïbes et au Mexique.

L’aéroport d’Agadir a été préféré aux autres aéroports du Maghreb pour fournir du kérosène aux avions russes qui faisaient un long détour afin d’éviter l’espace aérien européen.

Partager cet article
Repost0
9 mars 2022 3 09 /03 /mars /2022 15:37
Agadir : l’ancienne ville reconvertie en forêt du Souvenir

par Yassine Saber – leseco.ma – 06/03/2022

 

Couvrant environ 50 ha, la forêt ou promenade du Souvenir englobera les anciens quartiers d’Agadir, antérieurs au séisme de 1960. Elle vise à promouvoir la valorisation historique de cette zone, dans le cadre du PDU de la ville.

Connecter la ville actuelle à l’ancienne, d’avant le séisme qui l’a ravagée le 29 février 1960. Tel est l’objectif de l’aménagement de la forêt ou promenade du Souvenir. Inscrite dans le cadre du 5e volet du Programme de développement urbain (PDU) d’Agadir, afférent à la promotion culturelle et à la mise en valeur du patrimoine et des lieux de culte, la forêt du Souvenir englobera une zone non aedificandi.

Il s’agit de veiller à la préservation de la configuration historique et urbanistique des anciens quartiers d’avant le séisme qui a ravagé la capitale du Souss, notamment les quartiers de Talborjt, Yachach et Founty.

Couvrant environ 50 ha, cette zone sera érigée en tant que poumon vert et récréatif de la ville d’Agadir, en hommage à la mémoire collective de la ville. La date de démarrage de ce projet, actuellement en cours d’étude, est prévue à la fin de l’année 2022. Parmi les composantes de ce projet, figure l’aménagement du cercle de la mémoire sous forme de passerelles piétonnes, en plus des rues de l’ancien quartier de Talborjt, dans le cadre de la composante dédiée au parcours.

Sont prévues, également, des pistes de randonnées et de VTT ainsi que des voies carrossables. Plusieurs espaces sont prévus, avec notamment l’aménagement d’une clairière pouvant accueillir tous types d’événements, la création de sentiers et d’aires de détente et de jeux, en plus de l’espace de M’ssala, de points d’eau et d’aires de jeux. À noter que les circuits de promenade seront ponctués d’une signalétique relatant l’histoire de cette zone. Au total, le projet nécessitera un montant d’investissement de l’ordre de 20,5 MDH.

La reconstruction à l’identique d’avant 1960

Parmi les autres projets prévus dans cette zone, figure la réhabilitation du site historique de la Kasbah d’Agadir Oufella et de ses abords. Articulé autour de quatre composantes, le programme de ce site porte sur la restauration des remparts et de l’entrée principale de cette forteresse, à travers une opération de restitution et de réhabilitation. Ces remparts seront entièrement redessinés en un ensemble de près de 1.100 mètres linéaires de patrimoine restitué, incluant les borjs, les chemins de ronde et autres édicules de la forteresse. Par ailleurs, une porte de sortie sera aménagée au niveau de la muraille Est. En ce qui concerne la restitution de l’entrée principale, il a été convenu de recourir à un rappel de l’entrée couverte d’origine. À noter que la mise en patrimoine d’Agadir Oufella a été basée sur un protocole scientifique multidisciplinaire (archéologues, historiens, anthropologues, architectes et ingénieurs).

Il a reposé sur le principe de restitution, c’est-à-dire la reconstruction à l’identique, d’avant 1960, des lieux emblématiques du site. S’agissant de la seconde composante liée aux intra-muros, elle permettra d’installer un platelage de visite étalé sur 4.200 m² environ, selon un parcours qui reprendra le tracé des anciennes ruelles de la citadelle au début du 20e siècle. Afin de permettre à la fois une appropriation du site historique et de rendre hommage aux disparus, un réseau surélevé de passerelles en bois, permettant de parcourir les lieux sans fouler le sol, sera mis en place. Parmi les éléments de cette seconde composante, figure aussi un mémorial œcuménique de 1.000 m², placé entre les trois tombeaux historiques de la citadelle. Il accueillera le public, à la fin du parcours, après un couloir du souvenir évocateur des victimes. Un miroir symboliquement brisé, commémorant la catastrophe de 1960, prendra place au cœur de l’amphithéâtre de recueillement. L’ensemble sera complété d’un couloir du souvenir orné d’un mur de témoignages multilingues.

Une plateforme de services en jonction avec le téléphérique

Pour la composante extra-muros, le projet prévoit un semi-enfouissement de tous les services dans un espace appelé «plateforme de services», en position surélevée. Il couvrira une surface de près de 6.000 m² dont environ 800 m² destinés au bâti. L’objectif est de permettre l’émergence de la forteresse blanche tout en haut de la colline.

Cet espace abritera deux cafés avec terrasses -de standings différents- la billetterie, l’information touristique, le poste de police, l’infirmerie, le local de surveillance vidéo, ainsi que les sanitaires. Le tout en jonction avec l’espace dédié à la station du téléphérique, en cours de réalisation, et ses accès. Pour la plateforme de service du bas (environ 220 m² de bâti), elle accueillera les visiteurs en les orientant convenablement avec un plan de circulation à cet effet. En ce qui concerne la zone environnante à la Kasbah, elle sera couverte d’une végétation naturelle composée de plusieurs espèces, en majorité endémiques, dont notamment l’arganier. S’agissant de la dernière composante, elle porte sur les stations du téléphérique, lesquelles permettront de contribuer à la découverte du site. La réception de la première ligne de ce projet est prévue en juillet 2022. À la clef, un investissement d’environ 10 millions d’euros, mobilisé par la société Dania Land, dans le cadre de son parc d’attraction marqué par la réalisation de ce téléphérique dernière génération. Une seconde ligne est prévue à l’horizon 2024. Elle portera sur la deuxième tranche de ce projet, qui reliera Agadir Oufella au parc d’attraction «Dania Land» et à son parc aquatique «Agadir Jungle Parc». Par ailleurs, le téléphérique offrira un large panorama sur les espaces verts prévus dans le cadre de la forêt du Souvenir.

Partager cet article
Repost0
1 mars 2022 2 01 /03 /mars /2022 12:55
Une enveloppe de 2 730 247 DH investis dans un projet pionnier visant à développer l’agriculture biologique dans les fermes d’Amlal à Tiznit.

agrimaroc.ma – 25/02/2022

 

Dans le cadre du Plan Maroc Vert (PMV), un projet pionnier de développement de l’agriculture biologique a vu le jour dans les fermes d’Amlal à Tiznit. Ce projet qui nécessite un investissement total de 2730 247 DH s’étale sur une superficie de 300 hectares et bénéficie à 76 agriculteurs membres de l’association Amlal de l’agriculture biologique.

Ce projet est le tout premier du genre à naître dans la région du Souss-Massa. L’objectif étant de promouvoir l’activité des micro-agriculteurs producteurs de légumes et de melons à Arbaa Rasmouka nous apprend Aujourd’hui.ma. Le projet permettra de réunir les agriculteurs autour de cet objectif afin d’augmenter leur volume de production.

Abdelaziz El Mallouki, directeur provincial de l’agriculture de Tiznit a confié à notre confrère que ce projet allait de pair avec les objectifs stratégiques de Plan MarocVert, notamment concernant l’amélioration du revenu des petits agriculteurs des régions vulnérables via un développement des chaînes de production. Autre objectif visé par ce projet, la réalisation de forages pour l’exploitation des eaux souterraines pour un investissement de 600 000 DH, outre le forage de deux puits utilisant un système de pompage solaire, et ce, pour une enveloppe budgétaire de 1.124 MDH.

505 874 dirhams seront quant à eux mis à contribution pour la conception d’un système de goutte-à-goutte sur une superficie totale de 100 hectares, outre l’installation d’une citerne de 15 000 tonnes et la réalisation des travaux de fertilisation des cultures estimée à 500 000 DH. Le Maroc commence l’agriculture biologique dans les années 1990 et ce mode de production dans le respect du cycle naturel des espèces animales et végétales prend de l’ampleur dans le cadre du Plan Maroc Vert.

Il faut noter que ce mode de production interdit l’utilisation de tout intrant ou produit chimique de synthèse à toutes les étapes de la production jusqu’à la commercialisation. Le développement de l’agriculture biologique au Maroc vient répondre à une stratégie marocaine de valorisation et de promotion de la qualité des produits agricoles afin d’assurer une qualité spécifique, notamment en ce qui concerne les produits du terroir et les produits biologiques.

Ainsi, les principales espèces cultivées dans le respect des normes de la production biologique restent l’olivier, l’amandier, les plantes aromatiques et médicinales (PAM), les agrumes ainsi que les cultures maraîchères. En plus de la cueillette spontanée, une superficie de près de 12 000 hectares a été dédiée à l’agriculture biologique, pour une production totale de 120 000 tonnes approximativement. 80 % de cette superficie cultivée se trouve répartie entre les 5 principales villes de la région : Rabat-Salé-Kénitra, Casablanca-Settat, Souss-Massa, Marrakech-Safi et Fès-Meknès.

Les principales espèces concernées par la cueillette spontanée sont : l’arganier, les plantes aromatiques et médicinales, la figue de barbarie, les câpres et le caroubier. Les exportations de ces productions biologiques ont atteint un volume de près de 17 000 tonnes et les principales espèces exportées sont les agrumes, les jus d’orange congelés, les primeurs, la fraise surgelée, l’huile d’olive et l’huile d’argan.

Partager cet article
Repost0
19 février 2022 6 19 /02 /février /2022 12:43
Pour préparer le tourisme de demain : Le Conseil Régional du Tourisme d’Agadir lance la première édition du congrès des agences de voyages

par Mohamed Laabid – aujourd’hui.ma – 17/02/2022​​​​​​

Le Conseil Régional du Tourisme (CRT) d’Agadir Souss-Massa organise du 18 au 20 février la première édition du congrès des agences de voyages en présence de plus de 100 participants. Cette rencontre a pour but essentiel la restructuration de l’agence de voyages sur des assises solides.

Dans les détails, le CRT d’Agadir lancera le vendredi prochain des journées de réflexion sur le rôle important des agences de voyages dans le développement économique et social de l’industrie du tourisme, sous le thème «L’agent de voyages : enjeux et perspectives de développement à l’horizon 2025», et qui sont organisées pour le bien-fondé de l’écosystème touristique.

D’après le CRT, l’objectif légitime et final vise à clarifier et sensibiliser tous les opérateurs du tourisme et autorités au rôle capital joué par les agences de voyages dans le développement économique du tourisme et la promotion du produit de tous les territoires du Maroc ainsi que les perspectives du développement futur. Il sera une occasion propice pour mettre à niveau l’agence de voyages afin de s’arrimer aux exigences et mutations qu’impose la mondialisation globalisation en adhérant de manière efficiente à la promotion du tourisme national tout en relevant les défis imposés pour le nouveau contexte sanitaire mondial lié à la Covid-19.

Au menu, un programme riche et diversifié rehaussé par la présence effective de plus de 100 intervenants connus et reconnus et donnera une valeur ajoutée nécessaire pour préparer le tourisme de demain. Les panels programmés sont : le contexte, rôles et missions de l’agent de voyages dans le développement économique et social, l’approche plurielle de l’agent de voyages dans la promotion du produit Maroc (segmentation, commercialisation, et ressources humaines), et les agences de voyages et leur intégration dans la nouvelle ère digitale.

Le menu prévoit aussi la présentation du Plan de développement urbain d’Agadir par le 1er président du Conseil communal d’Agadir, la présentation des spécificités des provinces de la région Souss-Massa par les Conseils provinciaux du tourisme et le pays d’accueil touristique de Tafraout, ainsi qu’une visite de terrain pour la station Taghazout Bay et prise de contacts avec les nouvelles unités hôtelières (Pickalbatros White Beach, Hyatt Place, Radisson Blue, RIU Tikida Taghazout, Hyatt Regency, Fairmont).

Selon le CRT, «le premier congrès des Agences de voyages constituera des moments de réflexion et d’échanges forts et chargés de sens à vivre pour donner à l’agent de voyages la place qui lui échoit dans le développement économique et social du Royaume. Il s’agit d’imprégner une nouvelle dynamique à la profession pour préparer en toute intelligence collective le tourisme de demain».

Il faut dire que cette initiative intervient au moment opportun et vient juste après la réouverture des frontières aériennes du Royaume aux touristes après plusieurs semaines de fermeture pour juguler la propagation du variant Omicron, ce qui a plombé ce secteur vital de l’économie du Royaume.

Ce n’est pas tout à fait une Première édition. En effet, Agadir avait reçu en 1953, le 27ème Congrès de la Fédération Internationale des Agences de Voyage.
Témoin, cette épinglette :

Pour préparer le tourisme de demain : Le Conseil Régional du Tourisme d’Agadir lance la première édition du congrès des agences de voyages
Partager cet article
Repost0
7 février 2022 1 07 /02 /février /2022 16:50
Maroc : voici la date de mise en service du téléphérique d’Agadir ( suite )

bladi.net – 06/02/2022

 

La date de la mise en service du téléphérique d’Agadir est désormais connue. Ce projet touristique phare de la ville qui s’étend sur une distance linéaire de 1700 m accompagne le projet de réhabilitation de la Kasbah d’Agadir Oufella.

D’un coût total de 40 millions de dirhams, le téléphérique d’Agadir porte sur deux lignes, lesquelles relieront la Kasbah d’Agadir Oufella au projet touristique « Dania Land » sur une distance de 1 700 mètres linéaires.

La première ligne sera dotée de 30 cabines dont 4 VIP tandis que la seconde ligne comprend 18 cabines. La mise en service de ces deux lignes est prévue début juillet 2022. Ces lignes relieront en moins de six minutes le port de Tildi et le site patrimonial le plus emblématique d’Agadir, la Kasbah d’Agadir Oufella.

La finalité, c’est que le téléphérique d’Agadir pourra transporter 1 000 personnes par heure et générer 1 000 emplois directs, rapporte Aujourd’hui le Maroc.

La livraison des cabines du projet est déjà effective. Ce sont de cabines de qualité supérieure, de la dernière génération de téléphériques construits par Doppelmayr, leader mondial du transport par câbles.

Le téléphérique d’Agadir sera doté de la technologie D-line. Celle-ci assure un confort optimal aux passagers, un fonctionnement silencieux, une maintenance simple et rapide. La mise en service de ce moyen de transport coïncidera avec la fin des travaux de la Kasbah, en cours de réhabilitation. La Kasbah est un site de promontoire exceptionnel surplombant le port. Il a été classé monument historique par deux Dahirs, celui du 30 juillet 1932 et celui du 23 mars 1944.

Partager cet article
Repost0
30 janvier 2022 7 30 /01 /janvier /2022 09:28
Dessalement d’eau de mer : La station de Chtouka Ait Baha mise en service dans quelques jours

par Malika Alami – lavieeco.com – 28/01/2022

 

 

LES PREMIERS LACHERS DÈS LA SEMAINE PROCHAINE RENFORCERONT LES BESOINS EN EAU POTABLE DU GRAND AGADIR. POUR L’IRRIGATION AGRICOLE, CE SERA À PARTIR DU MOIS DE MARS.

POUR L’HEURE, LES TRAVAUX AU NIVEAU DE LA STATION DE DESSALEMENT SONT À UN TAUX DE RÉALISATION DE 98,5%. LE TAUX D’AVANCEMENT DU RÉSEAU D’IRRIGATION AGRICOLE EST DE 90,3%.

Bonne nouvelle pour la couverture des besoins en eau potable du Grand Agadir, la station de dessalement de Chtouka Ait Baha devrait être mise en service la semaine prochaine, c’est-à-dire début février. C’est ce qui a été annoncé hier jeudi, par les responsables institutionnels du projet. Mohammed Sadiki, ministre de l’Agriculture, de la Pêche Maritime, du Développement Rural et des Eaux et Forêts, était sur le terrain jeudi 27 janvier pour s’enquérir de l’état d’avancement des travaux. Il s’agit des ouvrages d’installation des réseaux d’irrigation programmés dans le cadre de ce projet de dessalement de l’eau de mer pour l’irrigation du périmètre de Chtouka et l’alimentation en eau potable du Grand Agadir.

Pour l’heure, les travaux au niveau de la station de dessalement sont à un taux de réalisation de 98,5%. Le taux d’avancement du réseau d’irrigation est de 90,3%. Selon une source institutionnelle proche du dossier, la mise en service pour l’irrigation agricole est prévue au mois de mars prochain. A noter que ce projet développé dans la commune de Inchaden dans la province de Chtouka Ait Baha, permettra la sécurisation de l’irrigation de 15.000 ha dans la plaine de Chtouka par le dessalement de l’eau de mer en substitution à l’eau souterraine et profitera à 1500 exploitations agricoles. Ces installations permettront également à terme de produire 400.000 m3/jour d’eau dessalée, partagée équitablement entre l’eau potable et l’eau d’irrigation contribuant ainsi à la préservation de l’activité agricole dans la région, notamment les cultures à haute valeur ajoutée.

Pour rappel, cet investissement d’envergure, d’un coût global de 4,4 Milliards de dirhams, dans le cadre d’un Partenariat Public-Privé est le fruit de la mutualisation des efforts et des moyens entre le Ministère de l’Agriculture et de l’Office National de l’Electricité et de l’Eau potable (ONEE).

A l’échelle mondiale, la station de dessalement de Chtouka Ait Baha se distingue par son classement de quatrième en termes de capacité de production. C’est aussi le premier du genre de point de vue mutualisation production eau potable et eau d’irrigation. Dans la conjoncture actuelle de sécheresse, cet investissement est vital pour les besoins en irrigation de la zone de Chtouka et ceux d’eau potable du Grand Agadir.

Outre la station de dessalement, le ministre Sadiki a visité d’autres projets de développement agricole dans la province de Chtouka Ait Baha.  Il s’agit notamment  d’essais d’adaptation d’écotypes de cactus résistants à la cochenille au niveau du Centre d’Adaptation et Techniques de Vulgarisation de la commune d’Ait Amira. Le ministre a également visité dans la même province un projet d’agrégation autour d’une station de conditionnement de primeurs, un centre de formation agricole devant profiter aux fils d’agriculteurs et un complexe coopératif laitier bénéficiant à 700 agrégés. Sa tournée sur le terrain dans la localité a aussi porté sur le projet de modernisation d’une station de pompage SP5 d’Ait Amira, pour une meilleure continuité du service de l’eau.

L’investissement s’inscrit dans le cadre du Programme régional d’économie d’eau d’Irrigation.

 

 

 

Dessalement d’eau de mer : La station de Chtouka Ait Baha mise en service dans quelques jours
Partager cet article
Repost0