Presentation

  • : L'Amicale des Gadiris et du Souss
  • : L'association dite l’Amicale des Gadiris et du Souss fondée le 13 juin 2010, à Gradignan, a pour but de s’entraider, de se réunir entre amis, d’organiser des repas et sorties, d’éditer un bulletin.
  • Contact
8 octobre 2021 5 08 /10 /octobre /2021 10:41
Suite à un article sur le blog, voici une vidéo sur le projet de contournement du Grand Agadir. 
Raymond
 
Partager cet article
Repost0
24 septembre 2021 5 24 /09 /septembre /2021 09:13
Elections 2021 Aziz Akhannouch élu nouveau maire d’Agadir

 

Sans surprise, le conseil communal d’Agadir nouvellement élu, a porté ce vendredi à sa présidence, Aziz Akhannouch, président du RNI et chef du gouvernement désignée.

Aziz Akhannouch, qui a été candidat unique lors de cette élection, a réuni 51 voix en sa faveur. Les élections communales du 8 septembre à Agadir ont donné le RNI largement en tête, en décrochant 29 sièges sur les 61 que compte le conseil.

Légalement, rien n’empêche le chef du gouvernement à accumuler sa fonction dans l’exécutif, en même temps avec la présidence d’une commune.

Rappelons que samedi dernier, la présidence du conseil régional du Souss-Massa est aussi revenue au RNI, en la personne de Karim Achengli.

Suite à son élection, Aziz Akhannouch a déclaré qu’il sera disponible et qu’il est ouvert à tous les partenaires, dans une approche participative, pour le bien de la ville.

Par Yahya Benabdellah

(https://www.medias24.com/2021/09/24/aziz-akhannouch-elu-nouveau-maire-dagadir/)

Partager cet article
Repost0
4 septembre 2021 6 04 /09 /septembre /2021 07:21
 Le réaménagement de la voie express prendra enfin forme

L’estimation de l’assistance technique pour le contrôle et le suivi des travaux d’amélioration du niveau de service de la voie express urbaine a été fixée à 17,9 MDH. Étalés sur 20 km entre l’Aéroport Al Massira et le port d’Agadir, les travaux seront marqués par la réalisation de 11 trémies liées à la voie de contournement Nord-Est et le barreau Est-Ouest.

 

 

Au moment où les travaux de la rocade de contournement Nord-Est se poursuivent sur plusieurs sections dans le cadre du Programme de développement urbain d’Agadir (2020-2024), l’amélioration de niveau de service de la voie express urbaine reliant l’Aéroport Al Massira à l’enceinte portuaire d’Agadir sera prochainement lancée.

 

Pour l’heure, la Direction provinciale de l’équipement, du transport, de la logistique et de l’eau d’Agadir-Ida-Outanane a lancé l’appel d’offres pour la mission d’assistance technique à la maîtrise d’ouvrage pour le contrôle et le suivi des travaux de réaménagement et d’urbanisation de cette voie express.

L’estimation des coûts des prestations établie par le maître d’ouvrage est fixée à 17,9 MDH et l’ouverture des plis est prévue pour fin septembre. Inscrit au deuxième axe du PDU dédié au renforcement des infrastructures et au décongestionnement de la ville d’Agadir, le projet de la voie express urbaine sera étalé sur 20 km tandis que le délai d’exécution global du présent marché est fixé à 40 mois.

Un triplement de la voie avec la réalisation de 11 trémies

 

Le chantier sera marqué par la réalisation de plusieurs ouvrages d’art. Les travaux permettront de renforcer la voie et d’élargir en 2×3 voies avec bandes cyclables tout au long de la voie express urbaine (RN1) entre l’Aéroport Al Massira et le port d’Agadir.

Outre les travaux d’assainissement, la voie express urbaine sera dotée d’un ouvrage d’art double sur Oued Souss en plus de la réalisation des travaux de construction de 11 trémies, y compris leurs voies latérales en plus de la réalisation de deux passages supérieurs et les travaux de déplacement de tous les réseaux empiétant sur l’emprise des travaux.

Parallèlement, les marchés de deux trémies prioritaires ont été déjà adjugés. Cela concerne les travaux de construction de la trémie au droit du carrefour de l’avenue Abderrahim Bouabid à proximité de Hay Mohammadi et le barreau Est-Ouest au niveau de Tilila en liaison avec cette voie express urbaine.

Le délai d’exécution global de ces deux premières trémies a été fixé à 12 mois. De plus, le projet de la voie express urbaine sera régi par un Schéma directeur de management qualité (SDMQ).

Un projet à la croisée de la rocade et du barreau

Ce projet de la voie express urbaine est intimement lié à deux autres projets structurants qui permettront de décongestionner le trafic en augmentant la capacité du réseau routier.

Il s’agit de la voie de contournement, déjà lancée, d’une longueur de 29 km. Au total, cette rocade est constituée de quatre sections routières entre l’aéroport d’Agadir et l’enceinte portuaire. S’agissant de l’aménagement du barreau Est-Ouest de la ville d’Agadir, sur un linéaire de 10 km et une emprise de 50 à 130 m, le marché a déjà été acté dans le cadre du Programme de développement urbain (PDU) d’Agadir 2020-2024.

 

Actuellement, les travaux sont lancés au niveau du quartier Tilila. Ces travaux devront relier le barreau Est-Ouest avec la rocade Nord-Est, en l’occurrence la seconde section de ce projet avec la réalisation d’un échangeur au niveau de la nationale n° 11, sous forme de trémie pour l’accès au barreau Est-Ouest, au niveau du quartier Tilila. Quant aux autres tranches de travaux, elles concernent le barreau actuel (de la Route nationale n° 10 à la nationale n° 1) réalisé en 2003-2004.

 

Avancement du PDU

 

Par ailleurs, un an et demi après la mise en œuvre du Programme de développement urbain (PDU) de la ville d’Agadir 2020-2024, sur 94 projets inscrits au PDU, 25 projets sont en cours de réalisation, dont un projet déjà achevé.

Il s’agit de la réalisation de 20 terrains de proximité dans le cadre du 6e axe dédié à l’amélioration du cadre de vie des citoyens et la réalisation des équipements sociaux. L’ensemble des projets en cours de réalisation totalise plus de 3,7 MMDH, soit 60% du coût global du programme.

Pour rappel, les 94 projets du PDU 2020-2024 d’Agadir ont bénéficié, initialement, d’une enveloppe de 5,9 MMDH. Cette enveloppe a été revue à la hausse après la signature d’un ensemble de conventions spécifiques pour l’amener à un coût global de l’ordre de 6,297 MMDH.

En plus des projets dont les chantiers sont en cours, les appels d’offres relatifs aux travaux ont été lancés pour 25 projets supplémentaires du programme.

Ces projets représentent un coût global de 992 MDH, soit 16% du coût global du programme. Au total, le nombre de projets en cours de réalisation, ou dont les appels d’offres sont lancés, est de 50 projets, pour un coût de 4,770 MMDH, soit 76% du coût global du programme.

Yassine Saber / Les Inspirations ÉCO

 

(https://leseco.ma/maroc/agadir-le-reamenagement-de-la-voie-express-prendra-enfin-forme.html)

 

 

Partager cet article
Repost0
1 septembre 2021 3 01 /09 /septembre /2021 07:43
Le premier exemplaire de ce chalutier en acier, d'un coût de 25 millions de dirhams, a déjà attiré d'autres clients, aussi bien marocains qu'étrangers

Le premier exemplaire de ce chalutier en acier, d'un coût de 25 millions de dirhams, a déjà attiré d'autres clients, aussi bien marocains qu'étrangers

 

Pour la première fois dans l'histoire du continent, des architectes navals du port d’Agadir ont construit un chalutier en acier. C'est le second du genre dans le monde, ses spécificités et ses caractéristiques répondent à des standards élevés. La performance attire des investisseurs étrangers. Coût de ce bateau: 25 millions de dirhams...

 

Oubliez le bon vieux chalutier que vous connaissez. Les architectes marocains d'une société de construction navale, Blue Wave, sise au port d'Agadir, après avoir réussi à concevoir et à fabriquer un modèle de pirogue digne du XXIe siècle, ont pu cette fois-ci concevoir un chalutier entièrement en acier. D'autres clients, aussi bien marocains qu'étrangers, se sont depuis montrés intéressés par ce nouveau bateau, ce qui a conduit à la signature de nouveaux contrats, pour la construction de pirogues similaires.

 

Ce chalutier, le second de ce genre dans le monde, est équipé d’un "système de propulsion innovant de dernier cri. Son moteur principal est électrique et les générateurs auxiliaires reliés au moteur sont de type diesel", explique Fayçal Mrabet El Terghi, directeur administratif et commercial de la société de construction navale d'Agadir.

 

Selon Fayçal Mrabet El Terghi, "ce système de propulsion innovatif est le deuxième de son genre dans le monde, car il a été utilisé pour la première fois dans la fabrication d’un navire hollandais. Il est connu pour sa capacité à limiter la consommation du gasoil et fuel utilisés de 30%, et par la même occasion à réduire les émissions du dioxyde de carbone".

 

Le coût total de ce chalutier en acier est de 25 millions de dirhams, et sa construction a nécessité un laps de temps de deux années. Si les délais ont été dépassés, ce fut à cause des dispositions exceptionnelles liées à la conjoncture sanitaire et au durcissement des conditions d’exportation.

 

Pour Blue Wave, cette première livraison représente une réelle opportunité d’expansion à l’échelle continentale et internationale. C'est pourquoi le ministère de l’Industrie, du Commerce, et celui de l’Agriculture et de la Pêche Maritime ont financièrement supporté le développement de ce projet. Entre-temps, plusieurs contrats ont pu être établis avec des clients français, sénégalais et tanzaniens, et d’autres sont à venir.

 

(https://fr.le360.ma/economie/video-une-premiere-en-afrique-pour-25-mdh-des-architectes-navals-dagadir-concoivent-un-chalutier-244708)

 

VIDEO

 

Partager cet article
Repost0
12 août 2021 4 12 /08 /août /2021 14:19
Agadir : 1,5 MMDH pour l’aménagement de la future station d’Aghroud
Agadir : 1,5 MMDH pour l’aménagement de la future station d’Aghroud

 

L’AMÉNAGEMENT DE LA FUTURE STATION D’AGHROUD, SITUÉE AU NORD DE LA VILLE D’AGADIR, MOBILISERA UN INVESTISSEMENT GLOBAL DE 1,5 MMDH.

 

Signée entre les différents partenaires, la convention relative à ce projet insiste sur la nécessité d’accélérer la mise en place des infrastructures de base à Aghroud pour offrir des terrains équipés au profit des investisseurs avec des conditions avantageuses.

En vertu de cette convention, la Société Marocaine d’Ingénierie Touristique (SMIT) consacre à ce projet 600 MDH entre 2021 et 2026, dont un montant de 150MDH sera versé cette année.

Le Conseil de la région Souss-Massa, contribuera avec 600MDH à partir de 2022 jusqu’à 2026, alors que la « SDR- Aghroud Aménagement » mobilisera 300 MDH en 2024 et 2025.

La future station d’Aghroud renforcera le positionnement de la destination d’Agadir par une offre complémentaire d’hébergement et d’animation touristique.

 

(https://www.lavieeco.com/actualite-maroc/agadir-15-mmdh-pour-lamenagement-de-la-future-station-daghroud/)

 

 

Partager cet article
Repost0
9 août 2021 1 09 /08 /août /2021 16:51
Permis offshore : gros gisement identifié au large d’Agadir
Permis offshore : gros gisement identifié au large d’Agadir

 

La société cotée à l’Alternative Investment Market (AIM), au sein du London Stock Exchange (LSE), a annoncé, dans un communiqué, le lancement officiel du processus d’affermage pour le permis offshore d’Inzegane qui présente un  potentiel de 2 milliards de barils.

 

La société d’exploration, de développement et de production de pétrole et de gaz, opérant sur le Royaume-Uni, l’Irlande et le Maroc, Europa Oil & Gas, a annoncé, ce mardi, le lancement officiel d’une initiative d’affermage sur son permis offshore d’Inezgane, dans le bassin d’Agadir, qui lui a été attribué en 2019. La société, cotée à l’Alternative Investment Market (AIM), au sein du London Stock Exchange (LSE), a annoncé, dans un communiqué rendu public, le lancement officiel du processus d’affermage pour le permis offshore d’Inzegane, disposant d’un gisement potentiel de 2 milliards de barils, identifié au large d’Agadir, dans les cinq principaux prospects relevant du permis d’Inezgane. Ce dernier se situe sur la même tendance géologique, et partage les mêmes réservoirs et roches mères que les principales découvertes de pétrole et de gaz, au large de l’Afrique de l’Ouest. Raison pour laquelle Europa Oil & Gas affirme qu’Inezgane offrait une opportunité d’exploration «à fort impact», dans une région «très sous-explorée» du monde, représentant une opportunité d’amodiation susceptible d’attirer les investissements et sociétés spécialisées dans l’exploration.

 

Le permis s’étend sur 11.228 km2
 

«Nous sommes ravis d’annoncer le lancement de l’initiative d’externalisation du permis d’Inezgane, qui représente non seulement une opportunité d’exploration à fort impact pour Europa, mais s’inscrit parfaitement, par ailleurs, dans la stratégie de la société visant à créer un portefeuille équilibré d’actifs complémentaires», a affirmé Simon Oddie, PDG d’Europa. Pour rappel, ce permis s’étend sur une superficie de 11.228 km2. L’Office national des hydrocarbures et des mines (ONHYM) a déjà accordé à la société Europa Oil & Gas une prolongation d’un an de la phase initiale du permis d’exploration à Inezgane, «Permis Inezgane Offshore », en raison des contraintes liées à la pandémie. Le Permis Inezgane Offshore a été décrit par Europa comme une licence présentant un «énorme potentiel». Elle a déjà réussi à délimiter une trentaine de prospects potentiellement porteurs d’hydrocarbures. Récemment, la société a identifié des ressources potentielles supérieures aux deux milliards de barils annoncés, uniquement dans les cinq premiers prospects classés. En détenant 75% des intérêts et l’exploitation du permis, Europa contrôle une superficie de 11.228 km2, alors que les 25% restants sont détenus par l’ONHYM.

 

(https://leseco.ma/business/protection-de-lespace-vegetal-le-nouveau-dispositif-legal-en-marche.html)

Partager cet article
Repost0
4 août 2021 3 04 /08 /août /2021 08:15
Photo d'illustration. / Anthony Wallace - AFP

Photo d'illustration. / Anthony Wallace - AFP

 

Les équipements de protection individuelle, dont les masques de protection prolifèrent notamment sur les plages d’Agadir. Une étude menée par des chercheurs marocains pointe le manque de sensibilisation et d'éducation environnementale.

 

 

Au Maroc, les équipements de protection individuelle (EPI) sont devenus l’un des moyens incontournables pour se protéger contre le nouveau coronavirus. Leur utilisation croissante s’avère toutefois source importante de nuisance environnementale. En effet, si plusieurs veillent à s’en débarrasser en les jetant dans des poubelles, d’autres ne se privent pas de les abandonner dans la nature. Que ce soit dans nos rues, nos jardins publics ou même sur nos plages, ces EPI deviennent aussi visibles que les sacs en plastique.

Pour alerter sur la pollution par les EPI associée au Covid-19, des chercheurs marocains ont conduit une étude sur cette problématique dans le milieu marin. Mohamed Ben Haddada, Mohamed Rida Abelouaha, Sara Hajjia et Aicha Ait Allaa de la Faculté des sciences de l’Université Ibn Zohr d’Agadir ainsi que Gabriel E. De-la-Torreb de l’Université San Ignacio de Loyola de Lima (Pérou) se sont ainsi intéressés à l'abondance, les caractéristiques et la densité des équipements de protection individuelle sur les plages d'Agadir. Ils ont également évalué l'influence des mesures de confinement (fermeture et ouverture des plages publiques), de la zone de plage (zone intertidale et supralittorale) et de l'activité (baignade, surf ou pêche).

 

Pour ce faire, 11 plages d'Agadir ont été surveillées selon des protocoles standardisés pendant quatre mois consécutifs. L'étude a été menée sur deux périodes consécutives de 2021, y compris la période de restrictions sanitaires, lorsque les plages étaient encore fermées au public (1 à 8 semaines du 1er février au 30 mars), et après lorsque les plages ont rouvert (9 –16 semaines du 01 avril au 30 mai). 
 

 

Covid-19 : Nouvelle pollution due aux masques de protection sur les plages d'Agadir

 

Ainsi, le suivi des EPI a été réalisé pendant 16 semaines. Au total, 689 articles ont été trouvés. Ces EPI étaient dominés par les masques faciaux (96,8%), suivis des écrans faciaux et des gants. Les masques faciaux étaient principalement composés de masques chirurgicaux à usage unique (98,4%) et le reste était en tissu. L’étude signale «une augmentation notoire des EPI observée pendant la période allant de la 9e à la 16e semaine d'échantillonnage», soit la période correspondant à l’après confinement. «En effet, 95,5% de tous les EPI identifiés ont été retrouvés après le confinement», assure-t-on.

 

Les citoyens et les autorités locales pointés du doigt

 

Si elle reconnaît que la fréquentation élevée des amateurs de plages fait que celle-ci reste plus polluée comparée aux sites où le surf et la pêche sont les activités dominantes, l’étude souligne, plus loin, que la distinction entre les zones côtières lors de l'échantillonnage a permis de découvrir que le nombre d'EPI dans la zone supralittorale est «significativement plus élevé» que le nombre échantillonné dans la zone intertidale. «Cela suggère que la majorité des articles ont été apportés et laissés par des baigneurs qui s'assoient la plupart du temps dans la zone supralittorale pour rester à distance de la ligne de marée haute» Un comportement qui reste «probablement dû à une mauvaise éducation environnementale et à un manque de sensibilisation», estiment ses chercheurs.

 

Si elle reconnaît que la fréquentation élevée des amateurs de plages fait que celle-ci reste plus polluée comparée aux sites où le surf et la pêche sont les activités dominantes, l’étude souligne, plus loin, que la distinction entre les zones côtières lors de l'échantillonnage a permis de découvrir que le nombre d'EPI dans la zone supralittorale est «significativement plus élevé» que le nombre échantillonné dans la zone intertidale. «Cela suggère que la majorité des articles ont été apportés et laissés par des baigneurs qui s'assoient la plupart du temps dans la zone supralittorale pour rester à distance de la ligne de marée haute» Un comportement qui reste «probablement dû à une mauvaise éducation environnementale et à un manque de sensibilisation», estiment ses chercheurs.

Covid-19 : Nouvelle pollution due aux masques de protection sur les plages d'Agadir

 

Ceux-ci rappellent que ces déchets peuvent présenter un danger pour l’environnement et la faune et pourraient même «être un vecteur de transmissions zoonotiques». «Le fait que la pollution plastique ait été exacerbée avec l'introduction d'EPI met en perspective la mauvaise gestion des déchets, le manque et la limitation des idées innovantes, et le faible degré de conscience des baigneurs», fustigent-ils.
 

 

«Compte tenu des mauvaises conditions de gestion des déchets solides et du manque de sensibilisation à l'environnement, l'élimination incorrecte de ces articles à usage unique dans l'environnement est devenue incontrôlable (…) La situation nécessite donc une surveillance immédiate des déchets marins et une sanction en cas d'élimination incorrecte des EPI.»
 

Pour les chercheurs, la situation actuelle «nécessite également une extension des opérations de nettoyage dans le temps et dans l'espace pour une meilleure gestion des déchets sur les plages d'Agadir». Ils plaident aussi pour «des mesures à long terme» qui doivent aborder ce problème par le biais de campagnes d'éducation, «compte tenu du manque de sensibilisation environnementale de la population à la pollution plastique». L’étude recommande aussi des alternatives supplémentaires pour atténuer la durée de vie et réduire les risques, en suggérant d'inclure des matériaux biodégradables et respectueux de l'environnement dans la fabrication des EPI ou encore d’encourager l’utilisation de masques réutilisables.
 

(https://www.yabiladi.com/articles/details/113030/covid-19-nouvelle-pollution-masques-protection.html)

 

Partager cet article
Repost0
29 juillet 2021 4 29 /07 /juillet /2021 14:53
Mobilité: 10 millions pour la création du groupement "Grand Agadir"

 

Un montant global de 10 millions de DH a été alloué pour la mise en place du Groupement de collectivités territoriales "Grand Agadir pour la mobilité et les déplacements".

 

Ce projet vise à assurer la gestion des transports urbains et périurbains et les déplacements sur l’ensemble du territoire du Grand Agadir et des communes avoisinantes. Il a fait l’objet d’une convention de partenariat validée lors de la dernière session de juillet du Conseil régional Souss-Massa. Le projet regroupe les communes d’Agadir, Ait Melloul, Inzegane, Dcheira, Leqliaa, Biougra, Ait Baha et Oulad Teima, en plus d’autres communes relevant des provinces avoisinantes qui pourront s’ajouter selon des conditions spécifiques.

Le Conseil régional Souss-Massa contribuera à hauteur de 5 millions DH pour la mise en place de ce groupement. Les autres communes participeront en fonction de leurs budgets et de leurs populations, indique-t-on.

(https://www.leconomiste.com/flash-infos/mobilite-10-millions-pour-la-creation-du-groupement-grand-agadir)

 

Partager cet article
Repost0
13 juillet 2021 2 13 /07 /juillet /2021 13:58

 

Ce dimanche 11 juillet 2021 a été marqué par une forte affluence sur la plage d'Agadir. Longue de 7 km, elle est connue pour sa propreté et le bord de mer reste le lieu idéal pour échapper aux températures caniculaires qu’enregistre le Royaume actuellement.

 

 

 

Profitant des vacances d’été, les citoyens marocains sont venus des quatre coins du Royaume pour profiter de la plage d’Agadir.

 

Fuyant la chaleur à la recherche d’eau fraîche et de sable chaud, la grande majorité des personnes interrogées ont indiqué avoir choisi cette plage du fait de sa propreté, sa longueur ainsi que la proximité des commerces.

 

En effet, longue d’environ 7 km, la plage d’Agadir et le lieu idéal pour trouver de la place tout en respectant les mesures de sécurité sanitaire imposés par le coronavirus.

 

A ce propos, les citoyens ont salué la présence des autorités qui veillent au respect des mesures de prévention, mais aussi celle des services de l’ordre et des nageurs sauveteurs de la Protection civile.

 

D'autres personnes interrogées ont appelé les visiteurs à respecter la plage et à ne pas jeter d'ordures afin de préserver sa propreté, son attrait touristique et de préserver l'environnement.

 

(https://fr.le360.ma/societe/agadir-fuyant-la-canicule-gadiris-et-touristes-se-ruent-sur-la-plage-de-la-ville-241903)

 

 

Une vidéo de la plage d'Agadir du lundi 12 juillet. et toujours l'éternel brouillard

 

Partager cet article
Repost0
6 juillet 2021 2 06 /07 /juillet /2021 11:32
Pour sa 1ère année d’exploitation, TAGHAZOUT affichera complet cet été

 

L’assouplissement des mesures restrictives de circulation et la réouverture des frontières entré en vigueur le 15 juin dernier ont généré une reprise remarquable du tourisme local et des MRE. Pour sa première année d’ouverture, cette station balnéaire proche d’Agadir avec 6 hôtels ouverts réalisera un taux d’occupation proche de 100% entre le 15 juillet et le 15 août.

 

 

Dix ans après son premier coup de pioche (2011), des démolitions et enfin 15 mois de crise sanitaire, le complexe balnéaire de Taghazout qui s’étend sur une superficie de 600 hectares, dont à peine 10% construit, sera officiellement complètement ouvert vers le 15 juillet. Néanmoins, les travaux ne s’arrêteront pas à cette date et le projet tel qu’il a été conçu à l’origine, ne sera achevé qu’à l’horizon 2030.

6 hôtels ouverts en 2021 et 8 en 2023

D’ici-là, avec ses six hôtels prêtset deux autres qui seront inaugurés dans 2 ans (Hilton en 2022 et Marriott en 2023), la station connaît d’ores et déjà un grand succès en termes de réservations nationales qui constituent l’écrasante majorité de la clientèle attendue jusqu’à septembre.

En déplacement dans la région pour assister à la signature d’un accord historique entre l’ONMT et la compagnie aérienne Ryanair, Médias24 a en effet pu constater l’optimisme commercial des équipes des hôtels qui ont déjà ouvert comme les deux Hyatt (Regency et Palace), le Radisson Blu (ex-Melia), le Tikida Riu Palace, le White Beach et le Fairmont qui s’apprête à ouvrir ses portes le 9 juillet prochain.

 

Rush estival à partir du 15 juillet qui générera un taux d’occupation exceptionnel

 

Plus qu’optimistes sur leur capacité à remplir aux mois de juillet et d’août ces six établissements, les managers des hôtels de luxe, dont certains comme le Hyatt Regency et le Fairmont sont flambants-neufs, nous ont fait part de leur certitude de réaliser un taux d’occupation moyen compris entre 70% et 100%.

Tout en précisant que contrairement aux visiteurs étrangers qui s’y prennent souvent des mois à l’avance pour réserver, la clientèle locale ou même d’origine marocaine opte le plus souvent pour des réservations de dernière minute, nos interlocuteurs s’attendent à un véritable rush de clients nationaux mais également de MRE à partir du 15 juillet jusqu’au 20 août voire jusqu’à début septembre.

Des tarifs compris de 2.000 à 7.000 dirhams la nuitée

Assumant sans complexe les tarifs des nuitées, compris entre 2.000 et 7.000 dirhams, nos hôteliers nous déclarent que la station Taghazout est clairement réservée à une clientèle aisée pour ne pas dire riche.

Ainsi, la chambre la moins chère vous coûtera 1.900 dirhams avec petit déjeuner dans un petit cabanon écolodge en bois pouvant accueillir un couple et un enfant chez Radisson Blu qui a remplacé Sol House.

Au Tikida Riu Palace, il faudra compter un minimum de 3.000 dirhams pour une chambre double avec petit déjeuner et le même prix en pension complète au complexe White Beach avec ses 20 piscines.

Côté grand luxe, il faudra débourser 4.000 à 6.000 DH pour une chambre au Hyatt Regency et pour une nuitée dans une petite villa avec piscine privée au très raffiné hôtel Fairmont de 5.000 à 7.000 dirhams.

Les hôtels de luxe face à la côte atlantique ou méditerranéenne ne désempliront pas en été

 

Si ces tarifs peuvent sembler excessifs et inaccessibles pour la grande majorité des Marocains, il faut cependant rappeler qu’ils n’ont rien à envier avec ceux des grands hôtels de luxe situés sur la côte méditerranéenne entre les villages de Mdiq ou de Fnideq comme le Banyan Tree ou Sofitel Tamuda Bay.

La seule différence notable avec la saison estivale 2020, très impactée par les restrictions sanitaires, est que ce type d’établissements luxueux adossés à la côte Atlantique feront également le plein durant l’été.

 

Les hôteliers espèrent profiter le plus longtemps possible des arrivées de MRE en attendant le retour des touristes

 

Selon plusieurs hôteliers, ce ne sera pas le cas de nombreux d’entre eux qui faute de clientèle suffisante resteront fermés l’été en attendant le retour des étrangers prévu dans le meilleur des cas en septembre.

Avec l’apparition du variant indien Delta qui pourrait aggraver la situation épidémiologique et pousser les autorités à imposer de nouvelles mesures restrictives de liberté, les opérateurs, à qui la crise a appris que rien n’était acquis, espèrent pouvoir profiter jusqu’au bout de l’arrivée des nationaux et des MRE.

Rappelons en effet que la décision gouvernementale de limiter en plein mois d’août la circulation routière, surtout vers le sud, avait littéralement plombé la destination d’Agadir avec pour conséquence de nombreuses annulations de séjours hôteliers …

 

(https://www.medias24.com/2021/07/05/balneaire-pour-sa-1ere-annee-dexploitation-taghazout-affichera-complet-cet-ete/)

 

 

 

Partager cet article
Repost0