Presentation

  • : L'Amicale des Gadiris et du Souss
  • : L'association dite l’Amicale des Gadiris et du Souss fondée le 13 juin 2010, à Gradignan, a pour but de s’entraider, de se réunir entre amis, d’organiser des repas et sorties, d’éditer un bulletin.
  • Contact
21 septembre 2020 1 21 /09 /septembre /2020 13:34
NOUVEAU LOGO DE LA VILLE D’AGADIR: UNE ŒUVRE SIGNÉE MOHAMED MELEHI

 

 

Le célèbre artiste peintre Mohamed Melehi a signé la nouvelle charte graphique de la ville d'Agadir. Le logo dessiné par ses soins et dévoilé vendredi 18 septembre, est beau et en cohérence avec l'identité de la ville. Certains essayent pourtant de créer une polémique.

 

La ville d’Agadir possède une nouvelle identité visuelle, depuis vendredi 18 septembre, et elle est signée Mohamed Melehi, l’un des pionniers de l’art contemporain marocain, à l'œuvre mondialement reconnue. L'artiste a conçu le logo de cette cité balnéaire en s'inspirant de la région et de symboles propres à la représenter.

 

 "Mohamed Melehi a, dans cette recherche, adopté la force de l’identité amazighe de la ville et s’est inspiré des bijoux en argent et des montagnes l’entourant", explique un collaborateur.

 

 La charte graphique ayant été validée par le maître d’ouvrage, à savoir la société de développement local Agadir Souss Massa, dans le cadre du programme de développement urbain de la ville 2020-2024, l'œuvre est devenue bas relief. C'est l’entreprise CMOOA Ambitions, dirigée par Hicham Daoudi, qui s'est chargée de sa réalisation. 

 

(https://fr.le360.ma/culture/nouveau-logo-de-la-ville-dagadir-une-oeuvre-signee-mohamed-melehi-et-une-vaine-polemique-223499)

 

Partager cet article

Repost0
21 septembre 2020 1 21 /09 /septembre /2020 13:08
Agadir: une catastrophe écologique menace deux sites naturels

 

Classée zone RAMSAR, l’embouchure de l’oued Souss est aujourd’hui menacée par les ordures qui altèrent son attractivité et menace sa pérennité touristique et naturelle.

 

Offrant à leurs visiteurs un dépaysement total non loin d’Agadir, l’embouchure de l’oued Souss et la forêt urbaine d’eucalyptus d’Aghroud Bensergao, situées au sud de la ville, sont considérées par les habitants du Grand Agadir comme le second exutoire après la promenade aménagée il y a plus d’une décennie (2006-2010). En dehors de ce contexte de pandémie de la Covid-19, la zone est très fréquentée par les touristes. Toutefois, ces deux sites naturels, situés à la limite nord du Parc national Souss-Massa (PNSM), sont actuellement confrontés à de sérieux problèmes. Un péril qui les guette en raison d’activités anthropiques et du manque d’entretien, surtout après la reprise d’une fréquentation assidue post-confinement. Aujourd’hui, dès l’arrivée sur les lieux, le visiteur est confronté une réalité : quel que soit le trajet emprunté, les ordures jetées par les visiteurs altèrent l’attractivité de cette zone et menacent sa pérennité touristique et naturelle.

Une négligence qui menace la pérennité des lieux
Autre constat alarmant : le manque de sécurité, les panneaux signalétiques et autres équipements faisant défaut, surtout au niveau de l’embouchure de l’oued Souss. Pourtant, cet estuaire ouvert sur l’océan Atlantique est répertorié zone RAMSAR dans le cadre de la convention relative aux zones humides d’importance internationale. Il est, en effet, capital pour l’hivernage, la nidification et l’escale d’un grand nombre d’oiseaux d’eau. C’est d’ailleurs l’endroit idéal pour observer les populations de flamants roses, d’ibis chauve, de mouettes et d’autres espèces d’oiseaux migrants. Si le site a été aménagé en prenant en considération sa spécificité naturelle, il est aujourd’hui évident qu’il est abandonné à son triste sort.

 

(https://www.lesiteinfo.com/maroc/agadir-une-catastrophe-ecologique-menace-deux-sites-naturels/)

Partager cet article

Repost0
11 août 2020 2 11 /08 /août /2020 14:23

 

Magazine AGADIR PREMIERE 80 - les articles ---------->      ICI

 

Magazine à feuilleter ---------->      ICI

Partager cet article

Repost0
5 août 2020 3 05 /08 /août /2020 06:52
Grave accident à Agadir : au moins 12 morts

 

La « guerre des routes » continue de faire des victimes au Maroc! Et ce mardi matin, un grave accident de circulation a provoqué le décès de 12 personnes, au niveau d’un virage de la commune rurale Imsouane, entre Agadir et Essaouira.

Selon nos informations, l’accident est survenu suite au renversement d’un autocar reliant Tan-Tan à Casablanca.

En sus des 12 victimes, l’on déplore des dizaines de blessés parmi les voyageurs de cet autocar. D’après les mêmes sources, le chauffeur a perdu le contrôle de son véhicule, qui avait 48 personnes à son bord, dans un virage réputé très dangereux.

Le nombre des blessés est de 20 voyageurs, dont certains sont dans un état jugé très grave. Ces derniers ont été d’urgence transférés à l’hôpital Sidi Mohamed Ben Abdellah d’Essaouira, alors que les dépouilles des 12 victimes ont été transférées à la morgue de la même ville, ont précisé nos sources.

( https://leseco.ma/grave-accident-a-agadir-au-moins-12-morts/ )

Partager cet article

Repost0
14 juillet 2020 2 14 /07 /juillet /2020 08:01
AGADIR A-T-ELLE ÉTÉ LA VILLE LA PLUS CHAUDE DE LA PLANÈTE LE 6 JUILLET 2020

 

 

Agadir a-t-elle été la ville la plus chaude de la planète le 6 juillet 2020? C’est du moins ce qu’affirment plusieurs internautes en se basant sur un classement mondial de quelques sites spécialisés.

 

Très fortes chaleurs du Maroc au sud de l’Espagne avec près de 50°C à Agadir Al Massira, 47,5°C à Tiznit, 47,6°C à Guelmin et 47°C à Marrakech. En Espagne jusqu’à 42,7°C à Cordoue. Carte Oginet.

 

 

 

AGADIR A-T-ELLE ÉTÉ LA VILLE LA PLUS CHAUDE DE LA PLANÈTE LE 6 JUILLET 2020

Partager cet article

Repost0
6 juillet 2020 1 06 /07 /juillet /2020 06:17

Partager cet article

Repost0
2 juillet 2020 4 02 /07 /juillet /2020 07:30
Visite guidée au cœur du chantier de Souk Al Had à Agadir

 

 

 

 

• ONZE HECTARES EN COMPLÈTE RÉORGANISATION ET MISE À NIVEAU DANS UN ENVIRONNEMENT QUI ENREGISTRE CHAQUE JOUR UNE FORTE AFFLUENCE COMMERCIALE.
• LE CHANTIER DU PLUS GRAND SOUK D’AFRIQUE EST VÉRITABLEMENT HORS DU COMMUN.
• LA PÉRIODE DU CONFINEMENT N’A PAS ARRÊTÉ LES TRAVAUX, C’ÉTAIT LE MOMENT OPPORTUN POUR AUGMENTER LA CADENCE.

 

Nouvelles places, des portes majestueuses finement décorées aux styles architecturaux des différentes régions du Royaume, réorganisation des espaces… Le plus grand souk du Maroc et d’Afrique, implanté à Agadir, ne cesse de se métamorphoser. Malgré la Covid, le chantier ne s’est pas arrêté, bien au contraire, la cadence des travaux a été renforcée.

 

 «Nous avons profité du confinement et l’arrêt de plusieurs activités au sein du complexe pour réaménager des espaces qu’il aurait été difficile de réaliser si vite en temps d’activité», souligne Samira Saoudi, architecte en charge du projet avec son collègue Ali Arizi. Ce jeudi 19 juin, le maître d’œuvre tient une réunion de chantier avec les entreprises en charge de l’exécution des travaux. Maryam Kabbadj, directeur adjoint de la société Al Omrane Souss Massa est également présente. L’établissement public est rappelons-le, maître d’ouvrage délégué du projet et suit de très près le chantier. Avant de faire le point sur l’état d’avancement du projet, une visite de terrain s’impose à travers les différents ouvrages en cours de réalisation.
 

La tournée du chantier commence par la future rahba de vente de blé en cours de réalisation. Ce sera, à terme, une structure semblable dans son aménagement aux greniers de la région. A quelques mètres de là, les constructions des nouveaux locaux administratifs avancent. Comme une maison traditionnelle au style local, ces futurs bureaux s’implantent désormais près de la porte 14. Et comme rien ne se perd et tout se transforme, les anciens locaux administratifs, situés entrée porte 2, jusqu’à présent en fonction, devraient être réhabilités en lieu d’exposition de produits artisanaux ou de produits du terroir, indique le maître d’œuvre. Tout au long des allées de cette structure géante, le changement est visible et les espaces les uns après les autres. La mise à niveau et la modernisation de la zone alimentation du souk est un des plus importants volets de ce projet d’envergure. A terme, au niveau des commerces de volailles, un nouveau concept d’unité d’abattage de proximité sera mis en place. Pour l’heure, pour le réaménagement des espaces, il faut déplacer ces commerçants le temps de leur offrir des locaux dans les normes annoncées. La zone boucherie sera aussi réorganisée et modernisée, précisent les responsables du projet. Fait d’importance dans cette métamorphose, le traitement des déchets solides et liquides. La mise à niveau du réseau d’assainissement est le chantier d’urgence au programme. Ce volet se particularise par la mise en place de fosses de décantation de manière à décongestionner le réseau.
Le projet de fait, dans toutes ses composantes, s’inscrit dans le développement durable. Il est question, en effet dans ce cadre, d’implanter des panneaux photovoltaïques de manière à assurer l’autonomie énergétique d’une partie du complexe en premier lieu pour permettre une économie d’échelle en matière de consommation énergétique. Toujours sur le plan écologique, une gestion environnementale des déchets générés par le souk à travers le tri, la collecte et le recyclage est prévue. Pour l’heure, l’expérience en la matière commence par la mise en place de conteneurs enterrés. Dans la structure, le traitement des déchets peut être générateur de revenus, selon Samira Saoudi. Cela sachant que le complexe génère 15 à 30 tonnes de déchets par jour.
Une attention toute particulière est aussi portée dans cette mise à niveau à la sécurité. Les premiers ouvrages du chantier ont concerné les volets sécurité-incendie et aujourd’hui en accord avec les Sapeurs pompiers il faut libérer cinq places pour permettre un rassemblement en cas d’incendie.
Dans ce centre commercial en effervescence du matin jusqu’au soir, où, en temps normal, un nombre de 3000 points de vente sont en activité sur 11 hectares, drainant six jours sur sept au quotidien plus de 50 000 visiteurs, c’est un vrai challenge de réorganiser et de réaménager les zones les unes après les autres. Et dans ce chantier la communication a été incontournable avec les commerçants du souk pour leur adhésion et assurer l’avancée des travaux. La mobilisation des autorités locales et des élus a permis aussi de relever le défi. Ce chantier bénéficie de fait d’un suivi en continu et d’une implication toute particulière d’Ahmed Hajji, wali de la région Souss Massa. La veille permanente sur ce programme est indispensable. Il faut faire vite et accélérer la cadence pour réaliser les étapes dans le temps.
Démarré en octobre 2017, le chantier est aujourd’hui au stade de la dernière tranche de construction et d’aménagement. C’est une étape qui a démarré en novembre 2019 pour s’achever après 16 mois de travaux. Parmi les ouvrages en construction actuellement, une nouvelle mosquée dans l’enceinte du complexe. Implanté côté porte 6, le bâtiment est au stade des gros œuvres et laisse entrevoir déjà ce que sera la mosquée avec ses plafonds de 8 à 12 mètres de haut. En attendant, une mosquée provisoire a été réalisée. Il s’agit d’une structure de 1 025 m² en profilé aluminium allemand qui a nécessité un budget de 2,5 millions de DH. Un investissement qui pourra être amplement amorti car l’équipement sera exploité par la suite pour l’organisation d’événements, une fois la mosquée du souk réaménagée, avance Samira Saoudi.
En deux ans et demi, beaucoup d’ouvrages ont été réalisés à travers ce complexe qui se distingue également par la mise en place d’une charte architecturale. Près de la porte 10, des magasins modèles sont en cours d’aménagement. Soubassement en zelliges, auvent en bois, le patrimoine architectural du Sud avec l’utilisation des matériaux de la région et les techniques d’aménagements locales sont mis en avant. Cette approche se concrétise notamment à travers les faux-plafonds mis en place et le design architectural des portes qui met en exergue le savoir-faire des maîtres maalems du Sud. Ce sont plus de 4 ha de faux-plafonds qui ont été mis en place et jusqu’à présent, sur les 17 portes que compte le souk 9 portes sont achevées et 5 sont en cours de réaménagement. La réhabilitation de la muraille avec ses 1025 mètres de long et ses six mètres de haut, semblable à une enceinte de médina a été réalisée. Elle constitue aujourd’hui un véritable hommage à nos murailles historiques.
Pour rappel, ce chantier est d’un coût global de 160 millions de DH. Le Conseil communal s’est impliqué financièrement dans l’opération à travers 60 millions de DH. Les contributions des autres partenaires sont de l’ordre de 20 millions de DH financés par le ministère de l’habitat et 40 millions de DH par le Conseil régional Souss Massa. La Société Al Omrane Souss Massa contribue pour sa part à hauteur de 40 millions de DH. L’intérêt économique, social, urbanistique, culturel et sécuritaire de ce projet de rénovation et de réhabilitation explique cette mise à niveau et la synergie qui l’entoure. Cette mise à niveau ne saurait être complète sans le réaménagement des places extérieures avec des parkings sous-sol. La bonne nouvelle sur ce plan, c’est l’engagement par les maîtres d’ouvrage pour la réalisation de ce volet, aujourd’hui au stade d’étude.
Pour la petite histoire, Souk Al Had a depuis toujours fait partie du paysage de la ville d’Agadir dans différents emplacements. Le premier souk de la cité remonte à bien avant1920 et était implanté dans le quartier Founti. De 1927 à 1945, un marché baptisé Souk Bougam se tenait le dimanche et le mercredi en front de mer. Mais on raconte que le véritable lieu d’approvisionnement des habitants de la région était le Souk Ksima à Inezgane. En 1947, c’est dans le vieux quartier Talborjt de l’ancien Agadir que se tenait le souk. Il faut attendre 1974 pour le voir s’implanter dans le quartier industriel derrière les abattoirs de la ville. A l’époque c’était un souk hebdomadaire qui ne se déroulait que les fins de semaines en plein air avec pour seuls abris des tentes artisanales. Son aménagement en dur au fil des ans s’inscrit dans le cadre de la reconstruction d’Agadir. Le nouveau visage de Souk Al Had et de son environnement permettra de réconcilier le citoyen d’Agadir avec son patrimoine culturel perdu lors du tremblement de terre de 1960. Une fois mis à niveau, Souk Al Had sera assurément une belle contribution à l’urbanisme de la ville que tout habitant d’Agadir pourra s’approprier avec fierté.

 

(https://www.lavieeco.com/economie/visite-guidee-au-coeur-du-chantier-de-souk-al-had-a-agadir/)

 

Partager cet article

Repost0
1 juillet 2020 3 01 /07 /juillet /2020 07:46
AÏT MELLOUL: VOICI COMMENT DES JEUNES RENDENT LEUR QUARTIER PLUS VIVABLE

 

 

Au quartier Al-Mazar d’Aït Melloul, située à quelque 15 km au sud d'Agadir, de jeunes bénévoles n’en pouvaient plus de voir les murs délabrés, les chaussées en mauvais état et les arbres faisant peine à voir.

 

Comptant sur leurs propres moyens, ils ont ainsi décidé de rendre plus vivable leur environnement urbain.

 

«Les habitants du quartier se sont tous impliqués dans cette opération visant à faire de leur lieu d’habitation l'un des plus agréables de la région du Souss. Ils méritent force encouragement», se réjouit Omar, un jeune participant à cette opération. 

 

Cette remarquable solidarité, mise en exergue par autre jeune interrogé par Le360, a mis à contribution une foule de savoir-faire et de métiers exercés par les jeunes du quartier. «Vous avez ici des personnes qui travaillent comme peintres en bâtiment, d’autres qui sont dans les arts plastiques et d’autres encore qui s’y connaissent en jardinage. Et chacun a apporté sa touche pour rendre notre rue plus belle», se réjouit-il, 

 

Ces jeunes, avec le concours des habitants, se sont cotisés pour acheter les matériaux et outils nécessaires à l'opération. «C’est un acte citoyen que nous espérons renouveler en le réalisant dans d’autres quartiers», promet Hassan Hamida, acteur associatif de la ville.

 

(https://fr.le360.ma/societe/video-ait-melloul-voici-comment-des-jeunes-rendent-leur-quartier-plus-vivable-218078)

 

 

 

VIDEO

Partager cet article

Repost0
23 juin 2020 2 23 /06 /juin /2020 06:48
Agadir Touriste

Agadir Touriste

 

 

• LA DESTINATION ATTEND SES TOURISTES.
• AUTORITÉS, ÉLUS LOCAUX ET ACTEURS ÉCONOMIQUES MOBILISÉS.
• FORMATION DES ÉQUIPES AUX PROTOCOLES DE SÉCURITÉ SANITAIRES, OFFRES SPÉCIALES…
• TOUT CELA A UN COÛT ET LES PROFESSIONNELS VEULENT UN SOUTIEN POUR LA RELANCE DE L’ACTIVITÉ.

 

 

 

 

Les Gadiris ont enfin repris possession de la promenade du front de mer depuis l’annonce du déconfinement. Depuis le premier jour de cette nouvelle phase de l’état d’urgence sanitaire, la population était nombreuse dès 6h du matin à marcher sur la promenade, les enfants particulièrement heureux de la liberté et de la vie sociale retrouvée peu à peu. Depuis, chaque jour tout au long de la journée, les habitants d’Agadir déambulent sur la corniche, regardant avec envie les belles étendues de sable de la plage et la mer. Tous attendent avec impatience le jour où ils pourront enfin les uns se baigner ou simplement farnienter au bord de l’eau. Pour l’heure, la ville bénéficie de toutes les mesures d’assouplissement. Ce n’est pas un hasard si Agadir et sa région ont été classées zone1. La mobilisation des autorités locales et des élus ainsi que l’approche participative adoptée à laquelle ont répondu positivement les acteurs économiques locaux et plus globalement la population, a donné ses fruits. Les efforts des professionnels de la santé, toutes catégories confondues, et la synergie de plusieurs institutions à ce niveau ont été pour leur part, dans cette expérience inédite, stratégiques. A ce niveau, l’extension des tests de dépistage Covid-19 au laboratoire de microbiologie de l’hôpital Hassan II a permis d’augmenter la cadence en la matière et d’assurer le dépistage précoce et massif. Résultat des courses: depuis le 13 mars, date de l’enregistrement du premier cas infecté par le virus dans la région, le Souss-Massa a compté 90 cas atteints par le Coronavirus dont 83 cas guéris et 7 décès.
Aujourd’hui, la mobilisation se poursuit sur tous les plans. Les acteurs du tourisme notamment se préparent pour la reprise de l’activité, même s’ils manquent encore d’une véritable visibilité. Le Conseil régional du tourisme d’Agadir Souss-Massa multiplie les réunions de travail avec les acteurs de la profession et les élus locaux. A l’ordre du jour, les campagnes de propreté, de nettoyage et de désinfection qui seront mises en œuvre. A ce sujet le Conseil communal indique dans un communiqué que des actions du genre ont été entamées et qu’elles se poursuivront. En matière d’éclairage, à la demande des professionnels du tourisme, les projecteurs de la promenade seront maintenus allumés jusqu’à 2h00 du matin durant la saison estivale. Au cœur des discussions également, un programme d’animation de la ville d’Agadir sur les places publiques et la promenade. Rachid Dahmaz, président du Conseil régional du tourisme Souss-Massa, parle de spectacles individuels de jeunes artistes gadiris. Au programme également l’installation d’écrans pour diffusion de vidéos promotionnelles sur le Grand-Agadir et les provinces de la région Souss-Massa ainsi que la diffusion de campagnes de sensibilisation pour le maintien du respect des mesures sanitaires préventives contre le Covid-19.
Ce programme d’animation devrait démarrer en juillet. Pour l’heure, des actions marketing digitales sont en cours de lancement sur plusieurs canaux de communication (TV, radios, réseaux sociaux et YouTube).
Parallèlement, des établissements hôteliers de la station balnéaire lancent, tels que la chaîne Tikida, une campagne de prix promotionnels et d’offres spéciales. La reprise de l’activité dans ces hôtels est annoncée pour le 10 juillet. Pour les hôtels d’Atlas Hospitality, les systèmes de vente sont aussi ouverts. Tous mettent le paquet dans les préparatifs pour accueillir et prendre soin du client tout en le protégeant. Dans ce cadre, le Sofitel Thalassa forme ses équipes et ses fournisseurs au label ‘’All Safe’’ d’Accor. A Taghazout Bay, l’hôtel Melia Sol House a déjà repris son activité après un dépistage de tout son personnel et la formation de ses équipes au programme ‘‘Stay safe with Melia’’ qui garantit des normes strictes de santé et de sécurité après la Covid-19. L’établissement a reçu ses premiers clients dès le week-end du 13-14 juin et déjà les prémices d’une forte demande pour les semaines à venir s’annoncent. Pour l’heure, ce sont surtout les habitants de la région qui constituent la clientèle de l’hôtel.
C’est ainsi une saison estivale bien différente des précédentes qui se prépare. Pour attirer les touristes nationaux comme internationaux dans cette conjoncture incertaine, la destination pourrait miser sur ‘‘son succès’’ dans la bataille contre le Coronavirus et le sens des responsabilités de sa population. Il est important dans tous les cas d’être fort rassurant sur la sécurité de la région en matière sanitaire après la pandémie.
Après l’urgence sanitaire qui est presque derrière nous, il est aussi nécessaire cependant de faire face à l’urgence économique et sociale. Dans ce contexte d’incertitudes, les professionnels du tourisme, toujours dans l’expectative, attendent encore beaucoup de leur tutelle pour la relance. L’indemnité Covid-19 a permis le maintien de l’emploi malgré une activité au point mort. Avec la reprise, le tourisme comme d’autres activités, ne pourra pas garder le même nombre d’emplois qu’avant la crise, sans la prorogation du dispositif de soutien. De plus, les entreprises vont devoir faire face aux échéances notamment fiscales et sociales reportées fin mars dernier. Le respect des mesures sanitaires et les frais de transport en hausse, car les employés ne peuvent pas travailler en même temps, seront également des charges en plus. Autant d’éléments et bien d’autres pour lesquels il faut encore se mobiliser et agir en synergie. Il y va de la reprise d’une activité majeure de la région.

 

( https://www.lavieeco.com/economie/agadir-prepare-la-reprise-de-lactivite-touristique/ )

 

 

 

Partager cet article

Repost0
20 juin 2020 6 20 /06 /juin /2020 06:26
L’aéroport d’Agadir s’apprête à rouvrir ses portes

L’aéroport Agadir Al Massira, après plusieurs mois d’inactivité à cause de la pandémie du Covid-19, s’apprête à rouvrir ses portes et accueillir de nouveau les voyageurs.

Ainsi, plusieurs mesures et dispositions ont été mises en place par l’Office national des aéroports (ONDA), pour assurer une reprise des activités dans les meilleures conditions pour les différentes infrastructures aéroportuaires du Royaume. La priorité étant de protéger l’ensemble des usagers des aéroports, dont le personnel et les passagers, et de rétablir la confiance en cette activité.

Dans ce cadre, l’ONDA promet à ses usagers un parcours healthy dans l’ensemble des aéroports du Maroc, à travers un dispositif mis en place portant sur trois axes, à savoir l’exploitation aéroportuaire et la gestion des flux, la sensibilisation et l’information, en plus du nettoyage et la désinfection.

“A l’horizon d’une réouverture prochaine du trafic aérien au niveau de l’aéroport Agadir-Al Massira, une batterie de mesures a été mise en place, visant à protéger la sécurité sanitaire des voyageurs et personnel”, a indiqué le chef de service exploitation aéroportuaire Amina Aglif.

Ces mesures s’inscrivent dans le cadre du plan de reprise mis en place par l’ONDA pour que les aéroports nationaux puissent desservir à nouveau, a relevé la responsable, rappelant que ce dispositif envisagé est axé sur la gestion des risques, conformément aux directives de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) et aux Guidelines du Conseil international des aéroports (ACI).

Lesdites dispositions comprennent, notamment, la distanciation sociale entre les voyageurs, les opérations de stérilisation du hall des aéroports et de l’ensemble de leurs équipements, la diffusion de capsules de sensibilisation pour rappeler en permanence aux usagers de l’aéroport le respect des règles de sécurité sanitaire, outre le déploiement de caméras thermiques pour détecter, à leur arrivée, d’éventuels porteurs du Covid-19, a-t-elle précisé.

A noter que l’aéroport Agadir Al Massira a franchi en décembre 2019, pour la première fois, le cap de 2 millions de passagers. Avec ce chiffre, il est classé 3è aéroport du Royaume en termes de trafic passager.

M.S. (avec MAP)

(https://www.lesiteinfo.com/maroc/laeroport-dagadir-sapprete-a-rouvrir-ses-portes/)

Partager cet article

Repost0