Presentation

  • : L'Amicale des Gadiris et du Souss
  •  L'Amicale des Gadiris et du Souss
  • : L'association dite l’Amicale des Gadiris et du Souss fondée le 13 juin 2010, à Gradignan, a pour but de s’entraider, de se réunir entre amis, d’organiser des repas et sorties, d’éditer un bulletin.
  • Contact
26 août 2017 6 26 /08 /août /2017 14:44
Transavia va ouvrir une ligne Nantes-Agadir en décembre  2017

 

La compagnie low cost Transavia, du groupe Air France KLM, lancera prochainement une liaison desservant Agadir au départ de l'aéroport de Nantes (ouest de la France), selon des informations relayées par des médias français.

Cette desserte devrait être inaugurée le 23 décembre 2017.

Agadir est la deuxième destination marocaine qui sera desservie par Transavia depuis l’aéroport de Nantes Atlantique, après Marrakech.

Les vols seront dans un premier temps programmés tous les samedis.

A partir du 28 février 2018, la ligne deviendra bi-hebdomadaire, avec un vol supplémentaire tous les mercredis.

Actuellement, 103 vols low cost sont programmés au départ de l'aéroport Nantes Atlantique. 

(https://www.yabiladi.com/articles/details/56868/transavia-ouvrir-ligne-nantes-agadir-decembre.html)
 

 

Repost 0
Published by lamicaledesgadirisetdusouss.over-blog.com - dans Infos générales
commenter cet article
1 juillet 2017 6 01 /07 /juillet /2017 09:54
La canonnière allemande SMS Panther à Agadir, en juillet 1911

La canonnière allemande SMS Panther à Agadir, en juillet 1911

La fin du XIXe siècle et le début du XXe ont été marqués par une volonté affichée des puissances européennes de l’époque de coloniser les pays du Maghreb. La France, déjà présente en Algérie, n’était pas le seul Etat lorgnant le royaume chérifien. D’autres pays européens, comme l’Allemagne, surveillaient de près les relations entre ses voisins européens et le pays situé en Nord d’Afrique, aux portes de l’Europe.

Dès 1902, la France paraphait une série d’accords bilatéraux avec ses voisins, d’abord avec l’Italie sur le Maroc et la Libye en 1902, puis avec le Royaume-Uni en 1904. Des accords désignés sous le nom d'«Entente cordiale». Les autorités françaises n’avaient plus que l’Allemagne à écarter avant l’étape «Protectorat» qu’elles réservaient pour le royaume.

Le coup de Tanger ou le premier clash France-Allemagne

Toutefois, les Allemands, isolés en Europe dès l’arrivée au pouvoir de Friedrich Wilhelm Viktor Albrecht -alias Guillaume II d’Allemagne-, n’allaient pas saluer toute emprise coloniale française sur le Maroc. Le 31 mars 1905, le kaiser Guillaume d'Allemagne débarque à l’improviste à Tanger à bord de son navire pour rencontrer en personne le sultan alaouite Moulay Abdelaziz. Il assure dans un discours l’appui de son pays au Maroc et annonce publiquement qu’il désapprouve les droits concédés à la France sur le royaume chérifien. Son déplacement et son discours marqueront ce qu’on appelle «la première crise de Tanger» entre Berlin et Paris et qui ne sera résolue qu’à travers la Conférence d’Algésiras, tenue en Espagne du 16 janvier au 7 avril 1906. Une rencontre, organisée sous l'égide des États-Unis avec la participation de 12 pays européens et au terme de laquelle l’Allemagne, la France et l’Espagne obtiennent provisoirement des droits sur les affaires marocaines.



 

Guillaume II traversant à cheval la ville de Tanger. / Ph. Marco-Philie Daniel

Guillaume II traversant à cheval la ville de Tanger. / Ph. Marco-Philie Daniel

Une canonnière pour…protéger les entreprises allemandes

 

«En 1905, la France a testé la vigilance allemande en proposant presque ouvertement au sultan l’établissement d’un protectorat. Cela a conduit à une grave querelle qui ne s’est résolue que début 1906», écrit le mensuel français Alternative libertaire. Mais la crise n’a jamais été résolue même avec la Conférence d’Algésiras, puisque quelques années plus tard, l’Allemagne récidivera en décidant d’envoyer, le 1er juillet, son navire de guerre SMS Panther, dans la baie d'Agadir.

Le navire allemand devant la baie d'Agadir. / Ph. DR

Le navire allemand devant la baie d'Agadir. / Ph. DR

Berlin profitera d’un déplacement d’une grande armée française au Maroc sollicitée par le sultan Moulay Abdelhafid, pour déplacer sa canonnière. Le prétexte n’est autre que l’appel à l’aide des entreprises allemandes de la vallée de Souss, présentes au Maroc.

«Les autorités estiment que l’ingérence des Français dans les affaires marocaines est contraire au principe de neutralité établi lors des accords d'Algésiras en 1906. En conséquence, l’Allemagne décide d’envoyer une canonnière, SMS Panther, dans la Baie d’Agadir le 1er juillet 1911», raconte la revue française En Envor. Cette source, citant des informations parues dans la presse de l’époque, affirme que des «troupes allemandes» devaient être envoyées au Maroc. «L’Europe entière [aurait même retenu] son souffle face à la menace d’une guerre qui pourrait s’étendre au continent». 

«Londres met sa flotte en alerte. Madrid idem. Paris annule les grandes manœuvres militaires en cours pour que les troupes soient prêtes à marcher vers le Rhin, et mobilise les réservistes.»

Une version confirmée aussi par Histoire de Casablanca, qui raconte qu’«à la grande surprise de Guillaume II, le Premier ministre britannique Lloyd George affirme dès le 21 juillet sa solidarité avec Paris (…) Une guerre est sur le point d’éclater».

Le Maroc convoité. De g. à dr. : Alphonse XIII d’Espagne, Edouard VII d’Angleterre, Marianne de France, Guillaume II d’Allemagne, le sultan du Maroc. / Gravure de 1903 - Alternative Libertaire

Le Maroc convoité. De g. à dr. : Alphonse XIII d’Espagne, Edouard VII d’Angleterre, Marianne de France, Guillaume II d’Allemagne, le sultan du Maroc. / Gravure de 1903 - Alternative Libertaire

 

Abandonner le Maroc pour le Gabon et le Cameroun

 

À partir de la mi-juillet, la SMS Panther est remplacée par le croiseur SMS Berlin puis par la canonnière SMS Eber, raconte Martin Thomas et Richard Toye, dans leur ouvrage «Arguing about Empire : Imperial Rhetoric in Britain and France, 1882-1956» (Editions Oxford University Press, 2017).

Le Kaiser Guillaume II, constatant son isolement international, et la France à la menace d’une guerre imminente préfèrent entamer des négociations qui dureront trois mois. Après moult tractations, la crise impérialiste se dissipera avec une entente coloniale entre Paris et Berlin. «Le cap fut de la sorte franchi sans grand heurt, sinon sans perte. La signature de l’accord franco-allemand relatif au Maroc, signature obtenue le 11 octobre (1911, ndlr), rasséréna le marché», raconte de son côté Alfred Colling, dans son ouvrage «La Prodigieuse histoire de la Bourse» (Editions Société d'Éditions Économiques et Financières, 1949).

Officialisé le 4 novembre 1911 à Berlin, l’accord annoncera que Berlin renonce à ses intérêts au Maroc en échange de l’abandon par Paris de 272 000 km2 de territoires en Afrique équatoriale, notamment au Gabon et au Cameroun, qui formeront le Cameroun allemand.


 

Le Cameroun allemand, avant et après le coup d'Agadir. / Ph. wikipedia

Le Cameroun allemand, avant et après le coup d'Agadir. / Ph. wikipedia

Quelques mois plus tard, la France réactivera ses plans pour le Maroc puisque la route lui était désormais libre. Le 30 mars 1912, soit quatre mois après son accord avec l’Allemagne, les autorités françaises convaincront Moulay Abdelaziz pour signer à Fès le «Traité pour l'organisation du protectorat français dans l'empire chérifien».

 

(https://www.yabiladi.com/articles/details/55116/juillet-1911-quand-l-allemagne-depechait.html)

Repost 0
Published by lamicaledesgadirisetdusouss.over-blog.com - dans Infos générales
commenter cet article
22 avril 2017 6 22 /04 /avril /2017 06:41

« Le Maroc vu du ciel » contient des images à couper le souffle

 

Le photographe et réalisateur français Yann Arthus-Bertrand est en plein tournage d'un nouveau documentaire sur le royaume, "Le Maroc vu du ciel", en partenariat avec l'Office national marocain du tourisme (ONMT), la chaîne 2M et France Télévisions.

 

 

Yann Arthus-Bertrand voyage à travers le monde depuis 20 ans pour ses documentaires. Mais il a rarement réalisé des films sur des pays en particulier. Après le Bangladesh et l'Algérie il y a deux ans, c'est au tour du Maroc de bénéficier de son regard. "Les pays sur lesquels il s'est arrêté sont des pays chers à son coeur", confie au HuffPost Maroc Fabienne Calimas, productrice exécutive du documentaire avec Hope Production. Pour l'écriture de ce nouveau film, Yann Arthus-Bertrand s'est entouré de l'animateur franco-marocain Ali Baddou, qui prêtera également sa voix au documentaire.

Le documentaire de 90 minutes sera diffusé sur 2M et France 2. Les dates de diffusion restent à définir.

 

Le tournage a commencé en mai 2016. "C'est un film aérien. Tous les vols pour le tournage ont été réalisés avec les pilotes de la gendarmerie royale", souligne Fabienne Calimas. Certaines images du film ont d'ailleurs été utilisées pour la Cop22 de Marrakech afin d'accueillir les participants et présenter l'engagement et le développement du Maroc en matière d'écologie.

 

La dernière session de tournage a eu lieu il y a quinze jours, dans l'Atlas. Les prises de vue devraient être finalisées d'ici à trois semaines et le film devrait être prêt en juin. "Tant que nous n'avons pas terminé le tournage, nous ne pouvons pas donné plus de détails sur son contenu. Mais les images sont à couper le souffle. J'espère que le documentaire fera découvrir ou redécouvrir le pays aux Marocains", affirme la productrice exécutive. Ali Baddou avait par ailleurs partagé son impression dans l'émission française Quotidien: "C'est une expérience magnifique. J'ai beau avoir voyagé partout au Maroc, j'ai l'impression de découvrir un nouveau pays".

 

En tant que partenaire du documentaire, l'ONMT a exploité des photos prises durant le tournage. "Nous les avons utilisées dans notre campagne presse France actuellement en cours, dans des supports comme Le Monde, L’express, Paris Match, le Point, le Figaro magazine, L’Obs et le Parisien avec une signature originale, citation d'Eugène Delacroix: 'C’est un lieu fait pour les peintres... le Beau y abonde'", souligne Rabia Talhimet, directrice de la communication à l'ONMT.

Voici un avant-goût de ce qui vous attend dans "Le Maroc vu du ciel":

 

VIDEO

QUELQUES PHOTOS

LE MAROC VU DU CIEL
LE MAROC VU DU CIEL
LE MAROC VU DU CIEL
LE MAROC VU DU CIEL
LE MAROC VU DU CIEL
LE MAROC VU DU CIEL

HuffPost Maroc | Par Camille Bigo

 

(http://www.lavigiemarocaine.com/2017/04/le-maroc-vu-du-ciel-contient-des-images.html)

Repost 0
Published by lamicaledesgadirisetdusouss.over-blog.com - dans Infos générales
commenter cet article
8 mars 2017 3 08 /03 /mars /2017 07:57
Maroc : L'astronaute français Thomas Pesquet poste des clichés aériens de Casablanca et Agadir

Thomas Pesquet continue son tour du monde photographique. En mission sur la station spatiale internationale, l'astronaute français poste régulièrement sur les réseaux sociaux des photographies spatiales. Des clichés des différentes villes au grand bonheur des amateurs de conquête spatiale.

Aujourd'hui, ce sont des vues aèriennes des villes de Casablanca et d'Agadir que Thomas Pesquet a partagé sur Twitter, au plus grand bonheur des Marocains.


 

La ville d’Agadir, au Maroc. Stade de football en haut de la photo, golfs et résidences de luxe en bas

La ville d’Agadir, au Maroc. Stade de football en haut de la photo, golfs et résidences de luxe en bas

Bonjour Casablanca! La ville est reconnaissable, entre autres, à sa grande mosquée juste au bord de la mer

Maroc : L'astronaute français Thomas Pesquet poste des clichés aériens de Casablanca et Agadir
Repost 0
Published by lamicaledesgadirisetdusouss.over-blog.com - dans Infos générales
commenter cet article
18 octobre 2016 2 18 /10 /octobre /2016 08:34

Images du Maroc.

A visionner en mode "plein écran"

Cliquer ---------->     ICI

Repost 0
Published by lamicaledesgadirisetdusouss.over-blog.com - dans Infos générales
commenter cet article
21 mai 2016 6 21 /05 /mai /2016 08:02

Le Maroc possède l’une des plus grandes centrales solaires au monde, Noor1 de Ouarzazate. En partie mise en service en février dernier par le roi Mohammed VI, elle fait partie d’une stratégie nationale de production énergétique propre qui fait du royaume l’un des pionniers dans le domaine.

Voici une vidéo publiée sur la chaîne YouTube de la Cop22 prévu en novembre prochain à Marrakech. La centrale solaire Noor est survolée par un drone...

 

(http://www.bladi.net/centrale-noor-ouarzazate,45353.html)

Repost 0
Published by lamicaledesgadirisetdusouss.over-blog.com - dans Infos générales
commenter cet article
30 avril 2016 6 30 /04 /avril /2016 07:22

En quête d'innovations à travers le monde, la chaîne Arte a braqué ses projecteurs sur une entreprise marocaine qui vient de populariser un frigo du désert qui fonctionne sans électricité et qui permet une plus longue conservation des aliments. 100% écologique et très low-cost, ce frigo pourrait venir en aide aux familles marocaines et plus largement africaines dans les zones arides. Son nom : le Zeer Pot. Découverte d'une innovation. 

 

Zeer Pot, le frigo écologique du désert popularisé par une entreprise marocaine
Zeer Pot, le frigo écologique du désert popularisé par une entreprise marocaine
Zeer Pot, le frigo écologique du désert popularisé par une entreprise marocaine
Zeer Pot, le frigo écologique du désert popularisé par une entreprise marocaine

Un frigo écologique, fonctionnant sans électricité, capable de réfrigérer à une température de 5 degrés et permettant aux aliments de conserver 10 fois plus longtemps ! Vous n’êtes pas dans le futur. Mais bien dans le présent et c’est l’entreprise marocaine Go Energyless, basée à Marrakech qui a popularisé ce frigo innovant, comme le rapporte un site spécialisé.

Dans l’expédition « Nomade des mers », une équipe d’Arte parcourt le monde à la découverte des innovations écologiques du monde. Pour leur première escale, l’équipe est tombée sur le Zeer Pot ou frigo du désert. Il s’agit d’un pot en terre cuite de taille moyenne, imbriqué dans un autre pot, lui aussi en terre cuite, de taille plus grande. Les deux pots sont séparés par une couche de sable, le tout recouvert d’un linge humide. Le concept permet de réfrigérer et conserver les aliments qui sont placés dans le pot.

La thermodynamique et une entreprise marocaine au secours des familles du désert

Le fonctionnement du Zeer Pot ne relève pas de la magie mais tout simplement d’un vieux principe de thermodynamique. La couche de sable séparant les deux pots doit être régulièrement humidifiée. C’est cette humidification régulière qui fait baisser la température du pot interne à mesure que l’eau s’évapore. La baisse de température peut atteindre 5 degrés.

Niveau conservation, le Zeer Pot est tout aussi efficace dans les régions désertiques. Il permet de conserver jusqu’à 10 fois plus longtemps, les aliments qui y sont placés. A titre d’exemple, une tomate laissée à l’air libre se flétrit au bout de 2 jours. Dans le Zeerpot , elle peut être conservée jusqu’à 3 semaines. Selon une utilisatrice française du Zeerpot, un frigo ordinaire coûte environ 300€ et consomme en moyenne 250 kW par an. Un frigo américain coûte environs 800€ et consomme en moyenne 530 kW par an. Tandis que le frigo du désert est réalisable pour environ 10 euros. Une comparaison qui risque de déplaire aux fabricants de réfrigérateurs et aux compagnies d’électricité.

Et pour rendre à César ce qui est à César, le frigo du désert est un produit de l’imagination de Mohammed Bah Abba, un enseignant nigérian pour aider les familles soudanaises à conserver leurs aliments plus longtemps. Son ingéniosité rejoint le dynamisme de la start-up Go Energyless afin que cette innovation technologique soit largement accessible aux familles marocaines situées dans les zones désertiques mais plus largement aux familles africaines privées d’électricité. En attendant la diffusion par Arte en 2017, de l'épisode complet, apprenez à faire à la maison ce frigo révolutionnaire (voir ci-dessous). 

 

 

Comment fabriquer son Zeer Pot chez soi?

 

Ce qu’il faut :

- 1 gros pot (40 cm de diamètre intérieur) non émaillé

- 1 petit pot (25 cm de diamètre intérieur) non émaillé

- 2 gros bouchons de liège (facultatif si les pots en terre n’ont pas de trous)

-  du sable

Etapes de fabrication

- Commencer par boucher chaque trou avec les bouchons en liège.

- Tapisser le fond du grand pot avec du sable, environ 5 cm.

- Placer le pot plus petit à l’intérieur du grand pot. Bien caler pour que les 2 pots aient la même hauteur

- Avec les mains ou un bol, mettre délicatement le sable entre les 2 pots. Il faut que le haut du sable soit environ 2 cm plus bas que le haut du pot intérieur, de cette façon, il sera facile et rapide d’arroser le sable 2 fois par jour sans risquer de mouiller le pot intérieur. Bien tasser le sable.

- Nettoyer le pot intérieur.

- Arroser le sable (environ 3/4 d’une bouteille d’eau)

- Laisser « refroidir » quelques heures avant d’y entreposer vos fruits et légumes.

 

(http://www.yabiladi.com/articles/details/44254/zeer-frigo-ecologique-desert-popularise.html)

 

 

VIDEO

Repost 0
Published by lamicaledesgadirisetdusouss.over-blog.com - dans Infos générales
commenter cet article
27 avril 2016 3 27 /04 /avril /2016 06:51
Crédit Photo: NASA

Crédit Photo: NASA

Agadir, dans le sud du Maroc. Sa montagne qui surplombe sa longue plage de sable fin où le ballet des touristes ne s’arrête jamais ou presque. Exit cette image touristique de la station balnéaire, un satellite de la NASA vient de livrer un cliché assez inattendu de la ville touristique marocaine.

Dans le cadre de son projet « Earth As Art » (La Terre comme art) lancé en 2000, l’agence américaine a pris au total 168 images de la Terre vue de l’espace via  son satellite Landsat 8. Une équipe de l’agence se charge depuis de les trier et jusqu’ici 60 images ont été sélectionnées et livrées au public par série. Parmi les dernières images livrées, une photo de la ville d’Agadir est particulièrement surprenante.

La photo, reprise par le Daily Mail, montre la ville en fait sous la forme du visage d’une personne de profil. On distingue ce qui ressemblerait à un œil, un nez et une bouche. En somme un visage de profil qui regarde vers la côte atlantique d’Agadir. Sous le menton de ce qui apparaît être un visage, on distingue les fermes irriguées de la vallée du Souss (en rouge sur la photo).


(http://www.yabiladi.com/articles/details/44163/satellite-nasa-prend-photo-aerienne.html)
 

Repost 0
Published by lamicaledesgadirisetdusouss.over-blog.com - dans Infos générales
commenter cet article
25 avril 2016 1 25 /04 /avril /2016 12:18
Casablanca touchée par une secousse tellurique de 5,3

La terre a tremblé hier à Casablanca. Selon un communiqué de l'Institut national de géophysique(ING) relayé par la MAP, une secousse tellurique a été enregistrée sur la côte atlantique de la capitale économique.

D’une magnitude de 5,3 sur l’échelle de Richter, la secousse a été enregistrée à 15H54 minutes. Aucun dommage ni victime n’a été signalé par les autorités.

Rappelons qu’au début cette année, une succession de secousses sismiques et de répliques ont frappé le nord du Maroc.

IBRAHIMA BAYO  Journaliste Yabiladi.com

.(www.yabiladi.com/articles/details/44116/casablanca-touchee-secousse-tellurique.html)

Repost 0
Published by lamicaledesgadirisetdusouss.over-blog.com - dans Infos générales
commenter cet article
24 avril 2016 7 24 /04 /avril /2016 06:19
  Invasion de criquets : « La lutte antiacridienne au Maroc a fait plus de dégâts que les criquets »

Une alerte a été lancée par la FAO : les criquets se multiplient au Sahara. Une très mauvaise nouvelle pour la région car si les criquets détruisent les cultures, l’insecticide très nocif utilisé pour la lutte antiacridienne tue aussi les abeilles et affaiblit encore les fragiles écosystèmes des oasis.

 

« Tous les gens vous le diront : il y a une grande différence entre avant et après la lutte antiacridienne », assure Mohammed Aglagane, président de l’association marocaine de développement et d'environnement de Skoura Ablisher. Il a observé la réduction drastique - mais que personne n’a jamais quantifié – du nombre de colonies d’abeilles sahariennes, endémique à la région. Aujourd’hui, il est inquiet : la FAO a lancé le 5 avril 2016 une alerte sur une situation acridienne potentiellement dangereuse.

« En Afrique du nord-ouest, des centaines de petites bandes larvaires se sont formées dans la partie méridionale au sud du Maroc, et des groupes larvaires se sont formés dans les zones adjacentes du nord de la Mauritanie. Des opérations de lutte terrestre sont en cours dans ces deux zones ; 5 000 ha ont été traités au Maroc et près de 700 ha en Mauritanie en mars. Deux avions sont prêts à intervenir dans le sud du Maroc. En avril, des groupes d’ailés et peut-être quelques petits essaims pourraient se former et se déplacer vers les zones de reproduction printanière au sud des monts Atlas, au Maroc et en Algérie. Une stricte vigilance est nécessaire dans tous ces pays », indique le communiqué de la FAO.

Plus de 13 000 hectares traités au Maroc

Le ministère de l’Intérieur en charge des opérations de lutte contre les criquets est à pied d’œuvre depuis la fin de l’année dernière. En début de semaine encore, lundi 18 avril, au nord-ouest de la région d’Aousserd, dans la région de Dakhla, 85 litres d’insecticide ont été répandus au-dessus de 85 hectares où se trouvaient 4 000 jeunes insectes et larves par hectare. Au 18 avril, 13 049 hectares avaient été traités au Maroc sur la campagne 2015-2016 avec du chlorpyriphos 240 ULV.

Cet insecticide a été pointé du doigt en février dernier en France par l’émission Cash Investigation. Stéphane Le Foll, ministre français de l’Agriculture, y reconnaissait que « si on ne fait rien, [le chlorpyriphos] est une bombe à retardement. Je suis parfaitement conscient de ça. » Ainsi, selon une étude de Virginia Rauh et d’autres chercheurs associés de l’Université de Californie, « l'exposition prénatale au chlorpyrifos (CPF), un insecticide organophosphoré, est associée à des déficits neurocomportementaux chez les humains et les modèles animaux. »

Aspersion de chlorpyriphos

Si le chlorpyriphos au Maroc n’est en principe jamais aspergé au-dessus des individus, il ne restreint pas ses effets aux seuls criquets. « La lutte antiacridienne a fait plus de dégâts que le criquet, assure Mohammed Aglagane. Les essaims de criquets ne sont pas un phénomène récent dans la région. Par le passé, les gens disaient qu’il arrivait, qu’il mangeait sa part et qu’il s’en allait », se souvient-il.

La lutte antiacridienne très virulente dans les années 80 a fait ainsi des dégâts considérables dans des écosystèmes sahariens fragiles par essence. « Dans la région, je connais un apiculteur qui comptait 200 ruches traditionnelles. Au fil des ans, il a tout perdu », rapporte Mohammed Aglagane. L’abeille saharienne endémique est menacée de disparition alors qu’elle compte de grandes qualités dont la douceur (par opposition à l’agressivité), la prolificité, la précocité et sa grande adaptation au climat difficile de la région.

Avec elle et sous les effets conjugués de la sécheresse et du réchauffement climatique, ce sont toutes les cultures vivrières qui sont touchées. « L’abeille est le principal pollinisateur pour les amandiers et les cultures maraichères. La  réduction de la biodiversité, sur les parcours de transhumance a aussi été constatée », assure Mohammed Aglagane.

Hybridation incontrôlée

Parce que le nombre de colonies d’abeilles sahariennes endémiques s’est beaucoup réduit suite aux campagnes de lutte antiacridiennes, les apiculteurs ont commencé à acheter de nouveaux essaims. « L’abeille Intermissia a fait son apparition dans la région et des problèmes d’hybridation incontrôlée sont apparus : la génération suivante s’est montré très agressive, sa productivité s’est réduite, elle s’est globalement affaiblie », indique Mohammed Aglagane

Selon l’enquête de terrain réalisée dans le cadre de « l’Etude des ressources et des potentialités mellifères et pour la réhabilitation et la préservation de l’abeille saharienne dans le versant sud du Haut Atlas », réalisée par le bureau d’étude Soutien à l’Environnement Naturel et Social « l’abeille jaune [constituait encore en 2004] la race la plus prépondérante dans la zone d’étude avec 44% des ruches. L’abeille noire représente 36%, alors que l’hybride constitue 20%.

Pour l’instant, cette année, la grande région de Ouarzazate avec ses palmeraies n’a pas subi d’épandage de chlorpyriphos. Elle pourrait être également concernée si les criquets se multiplient et remontent encore vers le nord. « Compte tenu du dessèchement progressif du couvert végétal dans la zone d’Adrar Settouf (Aousserd et Tichla), les jeunes ailés et immatures issus des bandes larvaires rescapées [jeunes criquets, ndlr] des traitements terrestres vont probablement se regrouper dans les sites qui renferment encore les conditions écologiques favorables avant de se déplacer probablement plus au nord dans la zone de Gueltat Zemmour », indique le bulletin mensuel national de la lutte antiacridienne de mars.

 

Julie Chaudier   (Journaliste Yabiladi.com)
 
(http://www.yabiladi.com/articles/details/43999/invasion-criquets-lutte-antiacridienne-maroc.html)



 



 

Repost 0
Published by lamicaledesgadirisetdusouss.over-blog.com - dans Infos générales
commenter cet article