Presentation

  • : L'Amicale des Gadiris et du Souss
  • : L'association dite l’Amicale des Gadiris et du Souss fondée le 13 juin 2010, à Gradignan, a pour but de s’entraider, de se réunir entre amis, d’organiser des repas et sorties, d’éditer un bulletin.
  • Contact
3 avril 2014 4 03 /04 /avril /2014 08:03

Le trafic routier ne cesse d’évoluer dans la région du Souss. Même les zones périphériques n’échappent pas à la croissance des déplacements. Les petites routes existantes ne suffisent plus pour désenclaver la région et favoriser son développement socioéconomique.

 

actualite 0533c11db85454

 

Aussi, le département de l’Equipement vient-il de lancer d’importants projets d'infrastructures routières dans la préfecture d’Agadir Ida Outanane et dans la province de Tiznit. Des chantiers d’un coût global de plus de 400 millions.

 

A Immouzzer Ida Outanane, des travaux de maintenance de la "route du miel" sont entrepris sur 42,5 km, avec pour objectif de drainer plus de touristes dans cette jolie contrée réputée pour sa production de miel et ses cascades. Même ses habitants se plaignent de l’état de l’infrastructure. Pour répondre à leurs attentes, une enveloppe de 53 millions de DH est allouée par le département de l’Equipement pour notamment l’élargissement de la voie à 6 m et le renforcement d'une section de 35,1 km de longueur, ainsi que la réparation des dégâts de crues sur une section de 7,4 km, est-il indiqué.

 

Dans la même préfecture, il est question aussi d’élargir et renforcer la route (RP 1010) reliant le port d’Agadir à la ville d’Oulad Teima, car fortement empruntée. Elle constituera ainsi une bonne alternative à la route nationale 10 et la traversée de Tikiouine souvent bouchonnée. Elle nécessitera 24 millions de DH dont 10 millions octroyés par la tutelle, le reste étant à la charge des collectivités locales concernées.

 

Pour la maintenance de la route nationale 8 entre Agadir et Marrakech, ce sont 44 millions de DH qui sont attribués par l'Equipement qui fait appel, dans sa démarche pour l'amélioration des conditions du trafic sur cet axe, à une technique innovante, utilisée pour la première fois à Agadir. Elle prévoit le retraitement sur place de la chaussée existante pour valoriser les matériaux existants avant d'opérer le renforcement de la chaussée. A noter que cette voie structurante connaît un trafic important, de l'ordre de 2.700 véhicules/j, malgré la mise en service de l'autoroute Marrakech-Agadir en 2010.

 

Source : Leconomiste.com

Partager cet article

Repost0

commentaires