Presentation

  • : L'Amicale des Gadiris et du Souss
  • : L'association dite l’Amicale des Gadiris et du Souss fondée le 13 juin 2010, à Gradignan, a pour but de s’entraider, de se réunir entre amis, d’organiser des repas et sorties, d’éditer un bulletin.
  • Contact
16 octobre 2020 5 16 /10 /octobre /2020 18:05

 

La réhabilitation de la Kasbah d'Agadir Oufella aura permis de belles découvertes archéologiques

Les remparts saadiens découverts dans la Kasbah d'Agadir Oufella. / Ph. Commune d'Agadir

Les remparts saadiens découverts dans la Kasbah d'Agadir Oufella. / Ph. Commune d'Agadir

La porte en bois découverte dans la Kasbah d'Agadir Oufella. / Ph. Commune d'Agadir

La porte en bois découverte dans la Kasbah d'Agadir Oufella. / Ph. Commune d'Agadir

 

Les fouilles menées par une équipe composée d’archéologues marocains et espagnols dans le cadre de la réhabilitation de Kasbah d'Agadir Oufella et ses abords ont permis de découvrir l’entrée principale de la Kasbah ainsi qu’un grand portail en bois.

Selon des photos publiées par la Commune d’Agadir, l’équipe chargée des fouilles a également découvert les restes d’une muraille datant de la dynastie saadienne et d’un «mihrab» d’une mosquée.

«Le Bab de la Kasbah d’Agadir Oufella remonte à l'époque saadienne (XVIe siècle)», déclare Naima Fatthaoui, vice-présidente de la commune d'Agadir, déléguée aux affaires culturelles. La responsable a indiqué que cette porte, appelée «Aggour», a été retrouvée dans l’état où elle était au moment du tremblement de terre ayant frappé la capitale du Souss dans la nuit du 29 février 1960, vers minuit moins quart».

«L'une de ses portes est ouverte et l'autre fermée, il s’agit d’un portail épais en bois, de couleur brune, dont les bords ont été érodés par le temps et l'eau de pluie qui s'est déversée au cours des soixante dernières années», détaille-t-elle.

 

Des remparts saadiens

 

Elle annonce aussi que les fouilles ont révélé les vestiges d’un mur de Saadi, les remparts «Tissouak», le mihrab de la mosquée «Talimamt» avec les traces des rangées de fidèles ainsi qu’une partie dédiée aux ablutions». De plus, ajoute la déléguée aux affaires culturelles, «une grande meule ‘Azrg’ a été trouvée de l'autre côté, utilisée habituellement par les femmes pour broyer des céréales, sur le côté en face de la mer».

Les travaux de la restitution architecturale et la réhabilitation du site historique d'Agadir Oufella s’inscrit dans le Programme de développement urbain de la ville d’Agadir (2020-2024), lancé par le roi Mohammed VI, pour une enveloppe budgétaire de 5,991 milliards de dirhams.

Les travaux ont démarré en juin dernier, avec sept semaines de fouilles préventives et les prélèvements s’y référant. Une stèle de marbre blanc bilingue en hollandais et arabe, datée de 1746, et qui a résisté aux assauts du temps, a été démontée le 30 juin 2020 du fait d’un état de délitement du mur qui la supportait.

La Kasbah d'Agadir Oufella a été construite en terre, par le sultan saadien Mohammed Ech-Cheikh en décembre 1540 sur les lieux d’un ancien fort portugais. Quelques mois plus tard, en mars 1541, les Saadiens vaincront les forces portugaises qui ont subi de lourdes pertes, entraînant leur reddition grâce à l’installation, dans les tours de la Kasbah, de canons qui ont endommagé la flotte portugaise et mettront fin à son agression des côtes du Souss.

(https://www.yabiladi.com/articles/details/100330/maroc-decouverte-remparts-saadiens-kasbah.html)

Partager cet article

Repost0

commentaires