Presentation

  • : L'Amicale des Gadiris et du Souss
  • : L'association dite l’Amicale des Gadiris et du Souss fondée le 13 juin 2010, à Gradignan, a pour but de s’entraider, de se réunir entre amis, d’organiser des repas et sorties, d’éditer un bulletin.
  • Contact
21 septembre 2020 1 21 /09 /septembre /2020 13:08
Agadir: une catastrophe écologique menace deux sites naturels

 

Classée zone RAMSAR, l’embouchure de l’oued Souss est aujourd’hui menacée par les ordures qui altèrent son attractivité et menace sa pérennité touristique et naturelle.

 

Offrant à leurs visiteurs un dépaysement total non loin d’Agadir, l’embouchure de l’oued Souss et la forêt urbaine d’eucalyptus d’Aghroud Bensergao, situées au sud de la ville, sont considérées par les habitants du Grand Agadir comme le second exutoire après la promenade aménagée il y a plus d’une décennie (2006-2010). En dehors de ce contexte de pandémie de la Covid-19, la zone est très fréquentée par les touristes. Toutefois, ces deux sites naturels, situés à la limite nord du Parc national Souss-Massa (PNSM), sont actuellement confrontés à de sérieux problèmes. Un péril qui les guette en raison d’activités anthropiques et du manque d’entretien, surtout après la reprise d’une fréquentation assidue post-confinement. Aujourd’hui, dès l’arrivée sur les lieux, le visiteur est confronté une réalité : quel que soit le trajet emprunté, les ordures jetées par les visiteurs altèrent l’attractivité de cette zone et menacent sa pérennité touristique et naturelle.

Une négligence qui menace la pérennité des lieux
Autre constat alarmant : le manque de sécurité, les panneaux signalétiques et autres équipements faisant défaut, surtout au niveau de l’embouchure de l’oued Souss. Pourtant, cet estuaire ouvert sur l’océan Atlantique est répertorié zone RAMSAR dans le cadre de la convention relative aux zones humides d’importance internationale. Il est, en effet, capital pour l’hivernage, la nidification et l’escale d’un grand nombre d’oiseaux d’eau. C’est d’ailleurs l’endroit idéal pour observer les populations de flamants roses, d’ibis chauve, de mouettes et d’autres espèces d’oiseaux migrants. Si le site a été aménagé en prenant en considération sa spécificité naturelle, il est aujourd’hui évident qu’il est abandonné à son triste sort.

 

(https://www.lesiteinfo.com/maroc/agadir-une-catastrophe-ecologique-menace-deux-sites-naturels/)

Partager cet article

Repost0

commentaires