Presentation

  • : L'Amicale des Gadiris et du Souss
  • : L'association dite l’Amicale des Gadiris et du Souss fondée le 13 juin 2010, à Gradignan, a pour but de s’entraider, de se réunir entre amis, d’organiser des repas et sorties, d’éditer un bulletin.
  • Contact
10 décembre 2019 2 10 /12 /décembre /2019 08:43
Dakhla: lancement des travaux de dessalement pour l’irrigation des terres agricoles

 

 

A Dakhla, les travaux concernant le projet de réalisation d’une unité de dessalement pour l’irrigation de 5.000 hectares de terres agricoles arables s’apprêtent à être entamés.

Le méga-projet de dessalement de l’eau de mer pour l’irrigation à Dakhla se concrétise, apprend-on à la lecture du quotidien Le Matin qui informe que les parties prenantes publiques et privées, chargées de la réalisation de ce chantier structurant, s’apprêtent à lancer les travaux estimés à 1,98 MMDH.

Sur cette somme, 1,64 milliard sont consacrés à l’usine de dessalement de l’eau de mer, à alimenter en énergie par un parc éolien d’une capacité de 40 MW. Le réseau d’irrigation, lui, est prévu sur un linéaire d’environ 115 km desservant 5.000 hectares de terres agricoles arables, poursuit le quotidien.

Ces terres seront exploitées par des investisseurs dans le cadre de contrats PPP lancés par l’Agence pour le développement agricole. A ce sujet, le ministère de l’Agriculture planche actuellement sur le recrutement d’un expert qui lui fournira de l’assistance technique pour le suivi et le contrôle des études d’exécution et des travaux. Annoncé en 2016 dans le cadre du programme de développement de la région Dakhla-Oued Eddahab, ce projet a été confié à des opérateurs privés, selon deux contrats distincts, afin de cofinancer, concevoir, construire et gérer la future unité de dessalement à énergie éolienne ainsi que l’infrastructure d’irrigation, et ce dans de «meilleures» conditions techniques, économiques et financières.

La partie «Station de dessalement et parc éolien», dont le coût est estimé à 1,64 MMDH, devra être réalisée par une joint-venture (JV) détenue par «Nareva Renouvelables S.A.» et «Intenational Power S.A», lit-on dans les colonnes du Matin.ma.

Située sur la commune de Bir Anzarane à une distance de 1.000 m du trait de côte et à environ 130 km au nord de Dakhla, la station de dessalement bénéficie d’une capacité de production d’eau dessalée de 90.000 à 100.000 m³ par jour. L’usine disposera d’une technologie de dessalement par osmose inverse.

Le coût de réalisation du réseau d’irrigation, portant sur un linéaire total d’environ 115 km, s’élève à 340 MDH. Dans son sillage, le projet ambitionne de créer 10.000 emplois permanents, essentiellement dans la région Dakhla-Oued Eddahab, et profitera à des investisseurs, grands promoteurs agricoles (notamment pour la culture maraîchère sous-serre dédiée à l’export), mais également des jeunes entrepreneurs, petits et moyens agriculteurs porteurs de projets innovants.

Pour rappel, le secteur géographique concerné est soumis à une pression croissante sur les ressources en eau souterraine qui sont considérées fossiles et peu renouvelables. Parallèlement à la baisse conséquentielle du niveau de la nappe de Dakhla, par sa salinisation qui constitue une menace pour le développement de l’agriculture, le ministère de l’Agriculture notre l’importance des potentialités agricoles, notamment dans la production des primeurs.

C’est pourquoi l’État a initié ce méga-projet de dessalement de l’eau de mer pour l’irrigation à Dakhla. L’assistance technique pour le suivi et le contrôle des études d’exécution et des travaux relatifs au projet devra être réalisée sur 48 mois.

(https://www.h24info.ma/maroc/dakhla-lancement-des-travaux-de-dessalement-pour-lirrigation-des-terres-agricoles/)

 

Partager cet article

Repost0

commentaires